samedi 14 mai 2016

La Famille Molène







"Sur notre chemin, c'est le fait d'être qui aura le pouvoir de sacraliser l'instant, en tout lieu et à tout moment. Si je suis, alors ce qui est, tout ce qui est, devient sacré"
(Yves Rémond)



Je voudrais illustrer cette Idée (Idée avec un I majuscule pour bien faire la différence avec une simple pensée) à l'aide d'un exemple : la Famille Molène.

«Verbascum Thapsus», ou Molène, ou encore, Bouillon blanc, Cierge de Notre-Dame, Herbe à Bonhomme, Blanc de mai, est une grande plante (jusqu'à deux mètres) qui se présente comme un cierge, garnie de fleurs sur son tiers supérieur et de larges feuilles cotonneuses à la base.

Cette plante serait plutôt considérée comme une "mauvaise" herbe tant il est vrai qu'elle a une tendance à se répandre, mais il est aisé de la contrôler et de lui ménager des espaces où elle peut proliférer joyeusement sans déranger personne.
Et justement, à l'angle Nord de mon habitation,
une colonie de Molène s'est installée, et comme il y en avait de taille et de maturité différentes, je l'ai tout naturellement baptisée: la famille Molène.
Je lui rend visite quasiment tous les jours, et passe un peu de temps en compagnie de ces grands voisins dignes et silencieux, que seuls le vent ou la pluie viennent parfois courber, mais qui se redresseront dès que le soleil les réchauffera à nouveau.

Au bout de quelques minutes en leur compagnie, un "geste" intérieur se produit qui va momentanément suspendre la pensée et me permettre de m'approcher de l'être de ces plantes, m'absorber dans les nervures d'une feuille, l'incroyable bourgeonnement de leur extrémité avant son déploiement vertical, les flocons laiteux qui parsèment leurs feuilles et leurs tiges, l'or clair de leurs nombreuses fleurs au coeur délicatement orangé - tous ces mots viennent après, maintenant, en fait, sur le moment, je suis juste ravi par ce subtil contact avec mes amis végétaux, et les mots ou pensées n'ont alors aucun intérêt.

Ces instants sont en somme une certaine façon de méditer, en prise directe avec la vie, des instants "sacrés" dans le sens donné à ce mot par l'Idée qui a ouvert cet article.

Pour finir, voici un court diaporama silencieux pour tenter d'exprimer visuellement tout ce qui précède.



Cet article, ainsi que les photos datent de juin 2008, mais la famille Molène est toujours là; elle a simplement changé de place, comme elle le fait chaque année...



3 commentaires :

Lilou a dit…

Savoureux partage ..en compagnie de ce que j'appelle le bouillon blanc ,plante magestueuse aux nombreuses vertues dont les fleurs mélifères parfument délicatement mes boissons .

"Etre" en leur présence ..
c'est justement ne rien faire pour se rendre présent, quitter l'idée de présence et juste se poser à leur côté . La rencontre commence comme un parfum qui se répend , un échange subtil de saveurs .
en fait c'est peut être suspendre en nous tout ce qui ne ressemble pas à la plante..pour laisser comme elle la vie simplement vibrer .
j'en ressort toujours différente
toujours Joyeuse ..
Oui..il y a du " sacré " dans ces instants.
Merci .

Acouphene a dit…

Vraiment une plante qui m'attire grâce à ton post... Si la famille s'agrandie, je suis preneur !

Anonyme a dit…

Magnifique famille, sacrée présence!!! merci pour cette rencontre. Pascale