samedi 23 mars 2019

Dhikr y Samá' : Musica Sufi Andalusi






Dhikr y Samá' : Musique Soufie Andalouse.
Poèmes du mystique Al-Shushtarí.
Confréríe Al-Shushtarí - Omar Metioui, dir.

Abû l-Hasan al-Shushtarî (Guadix 1212 - Damiète 1269) compte parmi les grandes figures qui ont marqué la fin du règne des Almohades. Ce grand mystique passe une période de sa vie au Maroc où il s'imprègne du dialecte marocain avant de rejoindre l'Orient en passant par Bougie (Algérie), Gabès (Tunisie) et Tripoli (Libye). Sa poésie connaît une large diffusion au sein des confréries religieuses dans le monde arabo-musulman. Obéissant aux instructions de son maître Ibn Sab'în (Murcie 1217 - Mecque 1269), il va errer dans les foires en dansant et en chantant des vers qu'il improvise au rythme d'un bendîr (tambour sur cadre) suivi par un chœur composé de disciples. Il est le premier à utiliser le zajal dans la poésie mystique.

L'œuvre de al-Shushtarî intéresse encore aujourd'hui les musiciens traditionnels et les adeptes des confréries religieuses. Les premiers intègrent sa poésie dans le répertoire des nûba. Quant aux seconds, ils l'utilisent dans le Samâ'.(Source : Foire2Fès)






vendredi 22 mars 2019

Jean Guidoni : Rose




rose 01






Rose (Texte: Pierre Philippe / Musique: Yani Spanos / Interprété par Jean Guidoni)

J'aime bien la couleur rose
C'est une couleur si triste
C'est la moindre des choses
Quand on a l'âme artiste


rose 02

De quoi donc se compose
Ce ton intéressant ?
De deux doigts de lactose
Et de trois doigts de sang
La nuance juxtapose
La grâce du flamant
Et la grasse ankylose
Du cochon infâmant
Elle est dans tant de choses
Dans le bonbon fondant
Bébé de cellulose
Et pâte pour les dents
Elle est couleur d'hypnose
Quand elle va triomphant
Et qu'elle métamorphose
Le gris des éléphants


rose 03

J'aime bien la couleur rose
C'est une couleur si triste
C'est la moindre des choses
Quand on a l'âme artiste


rose 04

C'est la teinte qui s'impose
Pour l'enfant dans son nid
Et celle qui dispose
A de menues manies
La veine qui arrose
Notre érotomanie
Bibliothèque rose
De Sophie Fichini
Ballets et chaussons roses
Divin Tchaïkovski
Baisers en overdose
Sur d'imberbes kikis
Ou gamme de névroses
Les plaies d'un rose exquis
Beaux bouquets d'ecchymoses
Sous le fouet du marquis

La meilleure des choses
Ou la pire il paraît
Exquise ou pas grand'chose
La langue est rose exprès
Pour l'ordure qu'elle propose
Bien loin des roseraies
Rose bouche qui cause
Muqueuse de goret
Et je sais des osmoses
Des images qu'effraient
Les prudes qui opposent
Le bon groin à l'ivraie
La rosette si rose
Soumise au dur foret
De la langue qui ose
La violer en secret


rose 05

J'aime bien la couleur rose
C'est une couleur si triste
C'est la moindre des choses
Quand on a l'âme artiste


rose 06

Il y a rose grandiose
Il y a rose gnan-gnan
Quelques apothéoses
Et des inconvénients
Fleurs de pomme qui explosent
Aux joues des communiants
Et masques de cyrrhose
Des vieillards répugnants
Et puis période rose
Pour Picasso peignant
Quand les paumés exposent
Leur triste coeur saignant
Arlequin-la-chlorose
Et Pierrot-le-poignant
La misère prend la pose
Dans la rue Ravignan


rose 07

Couteau tuberculose
La rose immaculée
Rue Saint-Vincent éclose
A Montmartre immolée
Vaut la plus noble cause
Et de Malherbe les
Fleurs de métempsicose
Au pied d'un mausolée
Mais s'il faut qu'on arrose
De l'amour désolé
La fleur la plus morose
La rose inconsolée
Qu'on pense à la nécrose
Des deux corps enlacés
De deux triangles roses
Pendus aux barbelés


rose 08

J'aime bien la couleur rose
C'est une couleur si triste
C'est la moindre des choses
Quand on a l'âme artiste





lundi 18 mars 2019

Stephen Jourdain - La Folle Sagesse





«Indiana Jones de la traque métaphysique, selon l'excellente expression de Raymond Oillet, Stephen Jourdain nous apprend à renaître à nous-même, à ne jamais nous perdre dans un pseudo réel illusoire ou fictif que nous prenons pour la réalité quotidienne.» (Roger Quennoy)















Site de l'auteur du film : Carole Marquand


Dashiell Hedayat & Gong : Obsolete








Après "La devanture des ivresses" publié en 1969 sous le pseudonyme "Melmoth", Jack-Alain Léger a enregistré en 1971 un deuxième album, "Obsolete", utilisant cette fois-ci le nom de "Dashiell Hedayat"; sur cet album, les musiciens sont ceux du groupe Gong, tel qu'il se composait à l'époque, c'est à dire Daevid Allen (guitare), Didier Malherbe (sax), Pip Pyle (drums), Christian Tritsch (basse) et Gilli Smyth (voix, effets). Voici les deux titres principaux de la face 1 du Vinyl, "Chrysler" et "Long song for Zelda". En bonus, vous trouverez aussi l'intégralité de la face 2 : "Cielo drive 17".






Chrysler (Dashiell Hedayat)

Chrysler
Chrysler rose
Elle repose sur ses jantes
Abandonnée
Deux de ses roues sont voilées
Et sa capote est déchirée
On voit le ciel à travers
Tant elle est usée
Chrysler
Chrysler rose
Chrysler que j'ai au fond de la cour
Chrysler rouillée
J'ai une Chrysler tout au fond de la cour
Elle ne peut plus rouler
mais c'est là que je fais l'amour
Il pousse de la mousse
Et des glycines mauves sur le volant
D'un doigt malhabile dans la poussière sur la portière
Les enfants ont écrit que Dashiell est un con
Chrysler
une Chrysler rose
Elle ne peut plus rouler
Mais quand les ressorts grincent
quand les ressorts grincent
Les enfants de l'immeuble
Aussitôt cessent de jouer
Pour venir regarder
Chrysler (bis)
Une Chrysler rose
Au 7ème ciel
A travers la capote déchirée
J'ai une Chrysler tout au fond de la cour
Elle ne peut plus rouler
mais c'est là que je fais l'amour
Oui une Chrysler
Ah je sais pas si je vous ai dit
J'ai une Chrysler rose
Le levier de vitesse porte un coeur gravé
Il y pend des bas troués
Et Sally au moment de monter me dit
Ta Chrysler est défoncée
Oui, mais, on est tous défoncés
Une Chrysler
Chrysler rose
Oui une Chrysler
Et Sally me dit
Le levier de vitesse en moi
Non, c'est moi
Chrysler
Une Chrysler rose
Au fond de la cour
Une Chrysler
Chrysler
Chrysler rose
Elle repose sur ses jantes, abandonnée
Deux de ses roues sont voilées
Sa capote est déchirée
Et au moment de monter Sally me dit
Ta Chrysler
Oui ma Chrysler
Ta Chrysler est
Oui mais on l'est tous
Chrysler
Chrysler Rose
Elle ne peut plus rouler
Mais c'est là que je fais l'amour
On est au 7ème ciel
Le 7ème ciel à travers la capote déchirée
le 7ème ciel et ses nuages pas bleus
Et au moment de monter Sally me dit
Ta Chrysler
Ouais ma Chrysler
Ta Chrysler est salement défoncée
Oui mais, tu sais...
Chrysler
Chrysler, etc...






Jack-Alain Léger s'est donné la mort en se défenestrant de son domicile au 8e étage, le 17 juillet 2013, à Paris.  Daevid Allen est décédé des suites d'un cancer vendredi 13 mars 2015, à son domicile de Byron Bay, en Australie, l’âge de 77 ans.

Jacques-Alain Léger, alias Melmoth, alias Dashiell Hedayat


Daevid Allen




vendredi 15 mars 2019

Toujours plus vite






«Afin de toujours demeurer tendu vers, allez vite, plus vite, encore plus vite, toujours plus vite, pas uniquement en voiture, mais du début à la fin de la journée. Pourquoi vite ? Peu importe. Là n'est pas la question. Il s'agit de foncer dans l'existence tel un taureau, tête baissée vers la cape rouge de buts et de désirs toujours en recul. Au précieux principe du décalage-avant s'ajoutera donc utilement le principe de la course. Ne marchez pas, courez; n'avancez pas, foncez; ne soyez pas rapide lorsqu'il le faut, soyez «speed» par réflexe, même lorsqu'il ne le faut pas. Souvenez-vous que la vitesse est l'alliée de la non-vigilance, la garantie de l'absence à soi-même.»
 Gilles Farcet, Le manuel de l'anti-sagesse, (Ed Le Relié)

Pour illustrer en musique ce qui précède, une courte (et rapide!) improvisation avec Fred Wallich à la voix et au texte, Michel aux claviers.




mercredi 13 mars 2019

Chronophonie : Koenjihyakkei







J'ai déjà partagé des musiques du groupe Koenjihyakkei sur ce blog (voir cet article).
Voici deux extraits d'un album plus ancien, datant de 1996; avis aux amateurs de sensations fortes...













dimanche 10 mars 2019

David Linx : Mathilde









Mathilde (Jacques Brel)

Ma mère, voici le temps venu
D´aller prier pour mon salut
Mathilde est revenue

Bougnat, tu peux garder ton vin
Ce soir je boirai mon chagrin
Mathilde est revenue

Toi la servante, toi la Maria
Vaudrait peut-être mieux changer nos draps
Mathilde est revenue

Mes amis, ne me laissez pas,
Ce soir je repars au combat
Maudite Mathilde, puisque te v´là

Mon cœur, mon cœur ne t´emballe pas
Fais comme si tu ne savais pas
Que la Mathilde est revenue

Mon cœur, arrête de répéter
Qu´elle est plus belle qu´avant l´été
La Mathilde qui est revenue

Mon cœur, arrête de bringuebaler
Souviens-toi qu´elle t´a déchiré
La Mathilde qui est revenue

Mes amis, ne me laissez pas, non
Dites-moi, dites-moi qu´il ne faut pas
Maudite Mathilde puisque te v´là

Et vous mes mains, restez tranquilles
C´est un chien qui nous revient de la ville
Mathilde est revenue

Et vous mes mains, ne frappez pas
Tout ça ne vous regarde pas
Mathilde est revenue

Et vous mes mains, ne tremblez plus
Souvenez-vous quand j´vous pleurais dessus
Mathilde est revenue

Vous mes mains, ne vous ouvrez pas
Vous mes bras, ne vous tendez pas
Sacrée Mathilde puisque te v´là

Ma mère, arrête tes prières
Ton Jacques retourne en enfer
Mathilde m´est revenue

Bougnat, apporte-nous du vin
Celui des noces et des festins
Mathilde m´est revenue

Toi la servante, toi la Maria
Va tendre mon grand lit de draps
Mathilde m´est revenue

Amis, ne comptez plus sur moi
Je crache au ciel encore une fois
Ma belle Mathilde puisque te v´là, te v´là!




lundi 4 mars 2019

Uppsala







Uppsala : Trio formé dès 1976 par Philippe CAUVIN (guitares), Dany MARCOMBE (basse), et Didier LAMARQUE (batterie), le groupe mélange de façon tout à fait originale rock, improvisations, et musique contemporaine en une étonnante synthèse. (Lire la biographie du groupe, au format pdf).






vendredi 1 mars 2019

Carla Bley, Jack Bruce : Rawalpindi blues





Carla Bley et Jack Bruce


Deux extraits de l'opéra Jazz «Escalator over the hill», de Carla Bley (musique) et Paul Haines (textes).


Jack Bruce


Enregistrée entre novembre 1968 et juin 1971, cette œuvre singulière et unique en son genre regroupait de nombreux musiciens de jazz ou de rock, et nous y retrouvons notamment Jack Bruce à la basse et au chant, ainsi que John McLaughlin à la guitare.







Jeanne Lee

John McLaughlin



Rupert Spira : Découvrez la nature du «je»...







«Si nous voulons une véritable justice, une véritable paix dans le monde, il nous faut commencer par ce qui est vraiment partagé entre les gens.
Nous devons revenir en arrière encore et encore, jusqu'à trouver ce que l'on a tous en commun qui soit indiscutable, qui n'a rien à voir avec notre race, sexe, croyances, situation géographique, intellectuelle, état de santé, richesse... Là, est le lien à partir duquel la véritable justice, la véritable paix commence.» 
(Rupert Spira)