vendredi 31 juillet 2015

Exemple de transmutation arachnoïde






Nous avons affaire ici à une transmutation purement graphique, un élément visuel étant prélevé sur le corps de l'araignée pour servir de base à une métamorphose continue dont les infinitésimales variations risquent de faire basculer de façon irréversible la vision quelque peu erronée et négative que nous avions jusqu'à cet instant de cet animal au demeurant fort aimable, sympathique, discret, utile et en fin de compte, spirituel, n'ayons pas peur du mot.
J'ai par précaution associé une petite musique tissée de notes soyeuses, en guise de toile de fond, mais ce n'est pas un piège, puisque le choix reste ouvert de ne pas appuyer sur "play" et de garder le silence...









mardi 28 juillet 2015

Anandmurti Gurumaa : Flight of the Soul







«Lorsque le coeur s'ouvre à l'Amour à travers cette invocation divine et que l'ego se rend, chaque respiration devient bénie par Son Nom. Quand l'esclavage de l'âme est brisé, l'âme est rendue libre de tout ce qui la contrôle et un courant de joie fuse dans le coeur. Quand toutes les entraves sont brisées, alors le coeur vole de plus en plus haut dans le monde intérieur.»







lundi 27 juillet 2015

On the road again (with Canned Heat)





Outre le diaporama, consacré aux étranges scènes que peut offrir la route dans tous ses états, voici l'occasion de réécouter ce vieux blues interprété jadis par le groupe «Canned Heat». Enjoy !



Cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite et gauche du clavier.






samedi 25 juillet 2015

The Turtles : Happy Together








Mais oui, il s'agit bien des Turtles (les Tortues), avec cette rengaine inoubliable que fut "Happy Together" (1967)!
Le chanteur Howard Kaylan et le guitariste Mark Volman eurent l'opportunité par la suite de progresser vers plus de subtilité musicale puisqu'ils travaillèrent pendant des années avec Frank Zappa (Ils étaient tous deux chanteurs sous le nom de "Flo and Eddie").
Vous trouverez les grandes lignes de l'histoire du groupe sur Wikipedia.




The Turtles - Happy Together

Imagine me and you, I do
I think about you day and night, it's only right
To think about the girl you love and hold her tight
So happy together

If I should call you up, invest a dime
And you say you belong to me and ease my mind
Imagine how the world could be, so very fine
So happy together

I can't see me lovin' nobody but you
For all my life
When you're with me, baby the skies'll be blue
For all my life

Me and you and you and me
No matter how they toss the dice, it has to be
The only one for me is you, and you for me
So happy together

I can't see me lovin' nobody but you
For all my life
When you're with me, baby the skies'll be blue
For all my life

Me and you and you and me
No matter how they toss the dice, it has to be
The only one for me is you, and you for me
So happy together

Me and you and you and me
No matter how they toss the dice, it has to be
The only one for me is you, and you for me
So happy together

So happy together
How is the weather
So happy together
We're happy together
So happy together
Happy together
So happy together
So happy together







jeudi 23 juillet 2015

Sun, un maître errant







Un article de Serge Beucler paru dans la revue «Planète» n°23, datant de l'été 1971.












A propos de Robert J. Godet, évoqué à plusieurs reprises dans cet article :

«Robert J. Godet, s'il disparaît prématurément dans un accident d'avion au-dessus du Tibet en 1960, laisse à sa fille l'empreinte d'un esprit libre. Disciple de Gurdjieff, ce jeune spécialiste de judo et de philosophie ésotérique mène une activité d'éditeur, Artaud, Michaux, Picasso. Il appartient à l'effervescence d'après-guerre, à cette culture du «nouveau» ; le sentiment que le monde se reconstruira dans le champ de nouvelles expérimentations. Ses amis sont une bande de jeunes farfelus utopistes comme Pierre Lazarref, Jean-François Revel ou Jacques Soustelles l'étaient à lépoque de leur jeunesse. En profonde connivence avec Yves Klein, Robert J. Godet est complice des premières expériences que son ami réalise chez lui au 9 de la rue Le Regrattier, les Pinceaux vivants (1957) et les premiers Feu (1958). Il voit donc naître sur le vif tout ce qui fondera par la suite le mouvement du Nouveau Réalisme. En même temps, dans l'aventure de ses longs voyages, il se lie avec le jeune Dalaï Lama et participera à l'organisation de sa fuite de Chine en 1959 avec l'aide de Pierre de Grèce.»






mercredi 22 juillet 2015

Jack Bruce with the BBC Big Band : Spoonful











Personnel:
Jack Bruce (vocals, bass)
Gary Husband (drums)
Justin Quinn (guitar)
The BBC Big Band conducted by Jorg Achim Keller






mardi 21 juillet 2015

If you don't work, you don't eat







Cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite et gauche du clavier.






Marva Whitney and James Brown - You got to have a job


Le leitmotiv de ce morceau, "If you don't work, you can't eat" (Si tu ne travailles pas, tu ne manges pas) est donc la base de l'enseignement que nous, êtres humains (et je m'inclus dans ce nous), aurons transmis à ces enfants; si nous ne souhaitons pas que cela continue, ce sont donc en premier les fondements de notre propre monde, notre monde personnel, que nous devons reconsidérer.





lundi 20 juillet 2015

L'Humour du Prochain n°79 : Les dessins de PV (2)







Extraits de la page Facebook «L'Humour du Prochain», qui, comme son nom l'indique, est consacrée au partage d'humour sous toutes ses formes et déclinaisons.






















jeudi 16 juillet 2015

Me'shell Ndegeocello : Free my heart








Me'shell Ndegeocello
Me'shell Ndegeocello (née Michelle Lynn Johnson le 29 août 1968 à Berlin) est une chanteuse, rappeuse, joueuse de guitare basse et d'autres instruments des États-Unis d'Amérique.

Biographie

Fille d'Helen Johnson et du lieutenant et saxophoniste Jacques Johnson, Michelle grandit à Washington, D.C.. Elle se fait d'abord connaître sous le nom de Meshell
Suhaila Bashir-Shakur mais avait déjà adopté le nom Ndegeocello, qui veut dire "libre comme un oiseau", à l'adolescence. Elle fait revivre la soul music, tout en mêlant dans sa musique funk, hip hop, reggae, rock et jazz.







Ecclesiastes: Free my heart
    (Me'Shell Ndegeocello)

the sun rises and the sun goes down
and hastens back to the place where it rose
that from thence it may rise again
finding all things wearisome unsatisfied
my eyes not satisfied with seeing,
my ears unsatisfied with hearing
wondering of that which is now
that which has been
and that which is to be
for my time on earth i pay so dearly
for my past
confusion embraces my heart
for to know self is to forgive self
on my sojourn of truth

free my heart, so my soul may fly
free my mind,
of my worldly wants and desires
i look towards heaven
with my arms open wide
take my hand, come and take my hand

sadness fills my heart
too weak to get by,
slave to discontentment and self-pity
one generation passes
and another generation comes
but change abides forever
i come forth from my mother's womb
and naked shall i return
to the earth to go as i came
taking nothing of this supposed worldly gain
i'm so ready to go

free my heart, so my soul may fly
so my soul may fly
free my mind,
of my worldly wants and desires
i look towards heaven
with my arms open wide
take my hand, come and take my hand





Hariprasad Chaurasia & Kishori Amonkar














Lumière du Désert





desert
(photo from "iPapy")

La base musicale jouée au piano ainsi que la voix et le texte ont été entièrement improvisés, en une seule prise. J'ai rajouté ensuite quelques instruments (orgue, basse, etc). Piano : Michel // Voix et texte : Sophie



sophie 2





Frank Zappa : What's the ugliest part of your body ?







Humour, dérision, puis contestation, avec ce court extrait d'un album de Frank Zappa,"We're only in it for the money". (1967)

Le texte :

"What's the ugliest part of your body (bis)
Some say your nose
Some say your toes
But I think it's your mind

All your children are poor infortunate victims of system beyond their control
A plague upon your ignorance and the gray despair of your ugly life

Where did Annie go
When she went to town
Who are all those creeps
That she brings around

All your children are poor infortunate victims of lies you believe
A plague upon your ignorance that keep the youngs from the truth they deserve"



Quelle est la partie la plus laide de votre corps ?
Certains disent votre nez
D'autres disent vos orteils
Mais je pense que c'est votre esprit.

Tous vos enfants sont de pauvres victimes infortunées d'un système au delà de leur contrôle
Un vrai poison lié à votre ignorance et au désespoir gris de votre vie lamentable.

Où va donc Annie
Lorsqu'elle est en ville
Qui sont tous ces sales types
Qu'elle ramène autour d'elle.

Tous vos enfants sont de pauvres victimes infortunées des mensonges auxquels vous croyez
Un vrai poison lié à votre ignorance qui maintient les jeunes loin de la vérité à laquelle ils ont droit.



 Il ne mâchait pas ses mots, le père Zappa, et c'était en 1967...





Frank Zappa : Studio Tan












Frank Zappa, Gotlib, Solé : Stink-Foot







Tout le monde sera bien d'accord avec le fait qu'il n'y a pas de "bonnes" ni de "mauvaises" odeurs, il n'y a que des odeurs plus ou moins fortes, alors, pourquoi diable entend-on dire parfois :"tu pues des pieds!"...L'ami Zappa nous offre avec "Stink-Foot", un morceau en forme de blues déjanté, une variation personnelle sur ce vaste sujet, illustrée par les non moins amicaux Solé et Gotlib.





stink 01


stink 02


stink 03


stink 04