lundi 30 juin 2008

From MySpace




Encore quelques trouvailles faites sur MySpace

Tout d'abord, une partition silencieuse, écrite par Daniel Goyone, pianiste, compositeur et pédagogue, dont je vous encourage à visiter le site ou la
page sur MySpace.

au delà

J'apprécie au plus haut point l'humour allié à la poésie de cette "partition", que somme toutes, tout le monde peut interpréter!

Ensuite, un clip qui m'a été envoyé par une "amie" américaine, Blu 222, l'éphémère, chanté par Alexandre Désilets.



Et pour finir, deux belles images envoyées par
Gaby

Photobucket

Photobucket



vendredi 27 juin 2008

Fleurs de juin




La famille Molène, au grand complet, vous salue bien bas en vous souhaitant un bel été, et vous offre une musique paisible spécialement commandée pour cette occasion unique!






mardi 24 juin 2008

Présence






A Sylvie

Deux "présences", pour accompagner Cécile dans son grand voyage...


"Si cette vie était la seule, ce serait avec raison que nous craindrions de la perdre: mais il y en a une autre qui n'est jamais perdue, et que le Fils de Dieu nous a fait connaître. Toutes les choses qui ont été faites, c'est le Fils engendré du Père qui les a produites. Tout ce qui est créé, c'est l’Esprit qui procède du Père qui l’a animé. Or, c'est ce Fils de Dieu qui, en venant dans le monde, nous a démontré par ses paroles et par ses miracles qu'il y a une autre vie."
Sainte Cécile de Rome

Le "Pie Jesu" du requiem de Duruflé, un pur diamant musical...

Pie Jesu Domine,
dona eis requiem.
Dona eis requiem
sempiternam.





dimanche 22 juin 2008

samedi 21 juin 2008

Fête de la musique






Pour fêter ce 21 juin, entrée dans l'été, jour le plus long de l'année, jour de la musique, une compilation de morceaux choisis dans ce qui a été publié sur ce blog depuis sa création.




vendredi 13 juin 2008

Propriété intellectuelle (3)





Le Conseil d'Etat donne son feu vert au projet de loi "Création et Internet"

Le projet de loi "Création et Internet" destiné à lutter contre le piratage et soumis par le gouvernement au Conseil d'Etat, a obtenu ce jeudi l'avis favorable de la haute juridiction. Un "oui" dont se réjouit la ministre de la Culture, Christine Albanel.

Dans un communiqué envoyé ce jeudi, Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, se réjouit du feu vert du Conseil d'Etat obtenu au sujet du projet de loi contre le piratage, appelé "Création et Internet".
Tous les points du texte ont été validés, après deux mois d'un examen particulièrement approfondi", souligne le communiqué, et plus précisément les différentes options retenues par le gouvernement pour mettre en oeuvre les "accords de l'Elysée" signés le 23 novembre 2007. Ces accords avaient réuni 47 entreprises ou organismes représentatifs du cinéma, de la musique, de l'audiovisuel et de l'Internet. L'étape suivante devrait être le 18 juin prochain. Le projet de loi devrait en effet être soumis à la délibération du conseil des ministres. Christine Albanel a récemment maintenu qu'elle tablait toujours sur une entrée en vigueur de la loi avant le 1er janvier 2009. Un calendrier qui sera bien difficile à tenir tant les retards s'accumulent. Ce projet de loi qui prévoit notamment la suspension de l'abonnement Internet pour les pirates récidivistes pris en flagrant délit, est loin de faire l'unanimité. Si cette mesure plaît plutôt au grand public, elle est en revanche dénoncée par le parlement européen, qui y voit une atteinte aux droits de l'homme.
Source: La Tribune.fr

Hé oui, ça devient sérieux, bien sur, au départ ne sont concernés que ceux qui téléchargent sur eMule ou Bittorent, et qui, de simples internautes, courent le risque de devenir des "pirates récidivistes", mais n'oublions pas qu'il est illégal :
de publier sur son blog un mp3 à partir de sa propre collection de CD
de publier un extrait de film à partir de ses propres DVD
de publier une page ou un chapitre extrait d'un ouvrage édité, car ce n'est plus une simple citation.
de publier sans autorisation une photo scannée dans un livre ou une revue.
...et j'en oublie certainement!
En attendant, allez donc faire un tour sur AvaxHome, ou sur Tagoo, vous y trouverez à coup sur des articles intéressants!



jeudi 12 juin 2008

Propriété intellectuelle (bis)





Trouvé sur Numérama, ce commentaire sur la loi Hadopi :

Un analyste du site "The Register" ("le site qui mord la main de celui qui le nourrit"),
sorte de canard enchainé du geek américain, nous fait part de ses inquiétudes sur la loi Hadopi et les conséquences que cela va apporter au net et dans le monde:
la France est en effet le précurseur en la matiére, et est en train de faire passer cette loi en force sans consulter personne, et surtout va entrainer un syndrôme du "nous aussi" contagieux pour les autres pays.
la France (état démocratique) a fait ou va faire entériner la loi Hadopi, c'est sûrement une loi issue du pays des droits de l'homme, et pourquoi ne pas signer (sans réfléchir) "nous aussi" cette loi Hadopi ?
Le "nous aussi" concerne très prochainement l'Angleterre, et d'autres pays qui pensent que cette loi est faite sur mesure et qu'il est possible de la voter sans trop la discuter vu que la France a déjà débroussaillé le tout .... (ce qui est faux: aucune organisation de consommateurs n'a été convié ni consulté pour la création de cette loi faites par les industriels...)

mercredi 11 juin 2008

Amma’s Words of Wisdom for Artists and Musicians






Trouvé sur le blog de la page MySpace d'Amma:

Q: Amma, being an artist, a musician, I would like to know what my attitude toward my profession should be and how to express more and more of my musical talents?
A: Art is God's beauty manifested in the form of music, painting, dance and so forth. It is one of the easiest ways to realize one's inherent divinity. There are many saints who found God through music. So, you are specially blessed to be a musician. In regards to your attitude towards your profession, be a beginner, a child in front of God, in front of the divine. This will enable you to tap into the infinite possibilities of your mind. And this, in turn, will help you manifest more and more of your musical talents in a much deeper way.
Q: But Amma, how to be a child, a beginner?
A: Just be accepting and recognizing your ignorance, you automatically become a beginner.
Q: I understand that, but I am not completely ignorant. I am a trained musician.
A:
How much training do you have?
Q: I studied music for six years and have been a performing artist for the last 14 years.
A:
How big is space?
Q: (sounding a little puzzled) I don't understand your question.
A:
(smiling) You don't understand the question because you don't understand space, isn't it so?
Q: (shrugging his shoulders) Maybe.
A:
Maybe?
Q: But what is the connection between my question and Your asking, "How big is space?"
A: There is a connection. Pure music is as big as space. It is God. it is pure knowledge. it is the secret of allowing the pure sound of the universe to flow through you. You cannot learn music in 20 years. You may have been singing for the last 20 years, but to truly understand music means to realize music as your own Self. In order to realize music as your Self, you need to allow music to completely possess you. For more music to occupy your heart, you need to create more space within. More thoughts mean less space.

Now, contemplate on this, "How much space do I have within me to spare for pure music?"


If you really wish more and more of your musical talents to manifest, lessen the quantity of unnecessary thoughts and allow more space for the energy of music to flow within you.




lundi 9 juin 2008

Propriété intellectuelle




L'expression en elle même prête à sourire...ben non, il y en a qui ne trouvent pas ça drôle, et qui au contraire se battent bec et ongles pour préserver ce droit. Lisez donc la suite...


La loi Hadopi, rebaptisée "Loi Création et Internet", prévoit de mettre en place une Haute Autorité chargée d'avertir d'abord et de sanctionner ensuite les internautes qui ne respecteraient pas les droits d'auteur sur Internet. Selon un sondage réalisé récemment par l'industrie, 74 % des Français seraient favorables à ce système de riposte graduée plutôt qu'à la loi actuelle. Numerama liste 10 raisons non exhaustives pour lesquelles il est impératif de rejeter la loi Hadopi. Piratez les sur votre blog, sur les forums et dans vos mails !

1. Elle ne vise pas les pirates !

La loi ne sanctionne pas le fait de télécharger ou de mettre à disposition sans autorisation des oeuvres protégées par le droit d'auteur. Elle crée en fait un nouveau délit, le "fait, pour la personne titulaire d'un accès à des services de communication au public en ligne (un accès à Internet, ndlr), de ne pas veiller, de manière répétée, à ce que cet accès ne fasse pas l'objet d'une utilisation à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d'oeuvres ou d'objets protégés par un droit d'auteur ou par un droit voisin sans l'autorisation des titulaires de droits lorsqu'elle est requise". Or pour vérifier que l'abonné n'a pas "veillé" à ce que son accès ne soit pas utilisé pour pirater, la Haute Autorité ne pourra s'en remettre qu'à une seule présomption : le fait que l'accès a été en fait utilisé pour pirater. Peu importe que ça soit par l'abonné lui-même ou par ses enfants, son ex-compagne ou un voisin de passage. La loi crée donc une responsabilité du fait d'autrui qui serait une première dans le système juridique français. L'article 1384 du code civil prévoit bien la responsabilité du fait d'autrui, mais uniquement dans des cas où le tiers coupable est jugé incapable (les mineurs par exemple), ou est placé dans une situation de subordination par rapport à son responsable.

2. Elle crée une présomption irréfragable de culpabilité

La loi impose aux abonnés à Internet de protéger leur accès à Internet, par exemple en utilisant les moyens de filtrage proposés par leurs FAI, et dont la liste sera communiquée par la Haute Autorité. Mais comment un abonné qui a mis ces moyens de filtrage en place pourra-t-il prouver sa bonne foi s'il est accusé du contraire ? Comment prouver qu'à une heure donnée, un jour donné, le mécanisme de filtrage était bien activé sur l'ordinateur de l'accusé ? Ca n'est plus la présomption d'innocence qui préside, mais une présomption de culpabilité qui ne pourra en aucun cas être renversée. La loi Hadopi bafoue les droits de la défense en feignant d'ignorer que ces droits, dans les faits, ne pourront jamais être exercés.

3. Elle est déjà obsolète.

Puisqu'il n'est techniquement possible que de trouver l'adresse IP de ceux qui partagent les oeuvres et non de ceux qui les téléchargent depuis des serveurs distants, le projet de loi Hadopi ne vise de fait que le P2P dans son dispositif. Or aujourd'hui le piratage se produit au moins autant sur les serveurs de newsgroups et les sites de téléchargements et de stockage comme RapidShare, dont les utilisateurs sont mis à l'abri de toute procédure. De plus, les nouvelles générations de réseaux P2P sont conçues de façon à masquer l'adresse IP des utilisateurs qui partagent des fichiers, ou à ne pas pouvoir associer de façon certaine une adresse IP à un contenu partagé. Sachant qu'il est toujours politiquement beaucoup plus facile de créer une Autorité administrative que d'en démanteler une, est-il utile d'aggraver la charge publique par une énième Haute Autorité qui sera très rapidement incapable de travailler, ou de façon tellement anecdotique que son efficacité sera nulle ?

4. Elle interdit même le P2P légal.

Il n'existe et ne peut exister aucune base de données des oeuvres protégées par les droits d'auteurs. Donc le père de famille qui veut sécuriser son accès à Internet conformément aux obligations disposées par la loi Hadopi devra bloquer l'ensemble du P2P sur sa ligne, car aucun filtre ne pourra bloquer uniquement les téléchargements et uploads d'oeuvres protégées. De fait, c'est donc l'ensemble du P2P légal qui est mis au banc par le projet de loi. Il y a fort à parier qu'en plus, les FAI qui devront communiquer une liste d'outils de filtrages "efficaces" proposeront des outils qui bloquent automatiquement tous les logiciels d'échange comme eMule, BitTorrent et consorts.

5. Elle nécessite un fichage contraire à la jurisprudence de la CNIL

Pour mettre en oeuvre la riposte graduée, la Haute Autorité devra connaître l'historique des éventuels messages d'avertissement envoyés auparavant aux abonnés. Elle doit donc conserver les données d'infraction pendant une période longue. Si l'abonné est sanctionné par la suspension de son abonnement à Internet, son nom doit être inscrit pendant un an dans un registre communiqué aux fournisseurs d'accès à Internet, qui ont l'obligation de le consulter avant toute ouverture d'accès. Si le nom du client y figure, l'abonné ne peut pas s'inscrire. Or par le passé, la CNIL n'a autorisé ce type de fichage qu'à la condition expresse que le nom de la personne soit retiré dès lors que le dommage qu'il a causé est réparé (un remboursement d'impayé pour être retiré du fichage de la Banque de France, par exemple). Or ici, le fichage reste actif pendant un an, sans que l'abonné n'ait la possibilité de mettre fin au dommage qu'il a causé par sa négligence.
On notera aussi que la conservation des données qu'implique la mise en oeuvre de la riposte graduée est équivalente à celle imposée aux FAI pour les besoins de la lutte contre le terrorisme. De quoi se poser des questions sur la proportionnalité du mécanisme au but poursuivi.

6. Elle crée une justice à deux vitesses, selon que vous serez puissant ou misérable.

La Haute Autorité chargée de mettre en oeuvre la riposte graduée avertira et sanctionnera les internautes qui ont partagé illégalement des oeuvres protégées par le droit d'auteur. Mais quelles oeuvres ? Elle n'agira que sur la base de relevés effectués par les ayant droits eux-mêmes, c'est-à-dire par ceux qui ont la puissance financière pour effectuer un contrôle et un relevé des adresses IP sur Internet pour protéger leurs oeuvres. En clair, les majors du disque et du cinéma. Les petits labels ou les artistes indépendants seront de fait exclu du mécanisme de défense de leurs droits prévu par la loi Hadopi, quand bien même leurs oeuvres seraient piratées massivement.

7. Elle encourage la politique de l'autruche.

Il suffit de regarder le contenu des accords de l'Elysée pour voir que les industries culturelles estiment qu'elles n'ont pas à améliorer l'attractivité de leurs offres légales tant que la riposte graduée prévue par la loi Hadopi n'est pas effective. C'est-à-dire, au mieux, pas avant le premier trimestre 2009. Et encore, en fait, bien après, puisque l'accord prévoit un délai d'un an à compter de la mise en oeuvre effective de la riposte graduée. Au moins si la loi Hadopi était rejetée, les industries culturelles se décideraient peut-être enfin à se donner un grand coup de pied dans le derrière pour proposer aux consommateurs ce qu'ils attendent. C'est la base de tout commerce.

8. Elle a été jugée contraire aux droits de l'Homme par le Parlement Européen

Comment, alors qu'elle sera présidente de l'Union Européenne, la France peut-elle ignorer une sanction aussi lourde du Parlement européen ? Le 10 avril 2008, les eurodéputés ont voté une résolution qui "invite la Commission et les États membres à éviter de prendre des mesures qui entrent en contradiction avec les libertés civiques et les droits de l'homme et avec les principes de proportionnalité, d'efficacité et de dissuasion, telles que l'interruption de l'accès à l'Internet."

9. Elle ne sera pas plus efficace que la loi DADVSI votée il y a trois ans.

Nulle part au monde les tentatives de dissuasion et de répression n'ont fait baisser le nombre de contenus piratés et surtout n'ont fait grimpé le nombre de CD et DVD vendus. Dix ans après l'arrivée de Napster, il est peut-être temps de changer enfin de stratégie.

10. Elle coûtera extrêmement cher à mettre en oeuvre pour l'Etat

Lors des Assises du numérique, le président de l'Autorité de Régulation des Mesures Techniques et probable futur président de l'Hadopi s'est dit prêt à mettre en place "un processus de traitement automatisé permettant l’envoi de 10 000 messages d’avertissements par jour". 10.000 messages par jours, ce sont 3,65 millions de messages par an. Pour les envoyer, il faut connaître l'adresse IP de l'abonné, et demander l'adresse e-mail correspondante au FAI. L'arrêté du 22 août 2006 pris en application de l’article R. 213-1 du code de procédure pénale prévoit que l'identification d’un abonné ADSL et de son fournisseur d’accès internet donne lieu à une indemnité forfaitaire de 8,50 euro par IP. Soit un coût global de 31 millions d'euros par an, auquel doivent s'ajouter les frais postaux d'envois de lettres en recommandé exigées au minimum lors du deuxième avertissement, les frais de relevés des infractions, les frais de conservation des données, et les frais de fonctionnement administratifs de la Haute Autorité.
Pour que l'Hadopi ne creuse pas le déficit budgétaire de l'Etat, elle devra donc générer en retour au moins 31 millions d'euros de recettes fiscales chaque année par l'augmentation supposée des ventes sur les plateformes légales. Rapide calcul. Un MP3 vendu 0,99 euros sur Internet rapporte à l'Etat 16 centimes d'euros de TVA. Pour aller à l'équilibre, il faudrait que les Français achètent environ 194 millions de titres par an en plus de ceux qu'ils achètent déjà - ce qui suppose au passage qu'ils n'achètent pas sur iTunes, où la TVA bénéficie au Luxembourg. A titre de comparaison, les ventes de musique sur Internet en France au premier trimestre 2008 ont rapporté à l'industrie moins de 7 millions d'euros HT. On veut bien croire en faisant un effort à une augmentation des ventes consécutive à l'adoption de la loi Hadopi, mais à ce point ?




(Image piratée... sur un carnet de timbres postes!)


iPapy's blues



moto

Passer son permis moto au Pakistan, ça c'est une bonne idée!
J'en profite pour te souhaiter, Alain, un anniversaire serein et un présent plein de lumière.
Et pour l'ambiance, un "birthday's blues", baptisé pour la circonstance "iPapy's blues".






vendredi 6 juin 2008

Petits cadeaux



rose rose

Rappel de quelques liens pour télécharger des choses rares ou inédites :
Une méditation improvisée, avec S'Ange Susan Belling au chant et Michel Tardieu aux claviers.
"Les trois yeux de la connaissance"
, en PDF, livre quasiment introuvable de Ken Wilber.
Un entretien
avec Arnaud Desjardins, publié en 1968 dans la revue "Planète"
"Rencontrer le réel", un chapitre
du livre "Le chemin du vrai bonheur", écrit par un Chartreux. (Les moines chartreux ne signent pas leurs livres...)
Un album de bhajans
, chantés par Ma Ananda Mayi (vynil introuvable, numérisé et quelque peu remastérisé).
C'est tout pour l'instant.

dimanche 1 juin 2008

Le règne nié de l'araignée



Suite aux commentaires de l'article précédent, Pascale et Lise, je vous offre ces quelques photos prises avec amour à divers moments de l'été dernier. C'est sans nul doute la première fois de ma vie que j'ai l'occasion de dédier des araignées à des amies chères à mon coeur!

Araignée 1

"Les araignées aiment bien les mouches. C'est pour cette raison qu'elles dressent à leur intention des pièges rusés et avisés"

Araignée 2

"Les araignées n'ont pas de poignées et sont difficiles à transporter"

Araignée 3

"Les araignées ont du chagrin tous les matins
Le soir, pas d'espoir pour les araignées"

Araignée 5

"Toile velue, patte crochue, araignée, araignée, où es-tu?
Patte crochue, toile velue, araignée, araignée, me mangeras-tu?"
Et l'araignée m'a répondu :
"Que nenni, cher humain, je ne mange pas de ce pain"

Araignées de Mai





Ce matin tout étonné
j'ai déniché
un nuage d'araignées
caché au creux d'un écrin de verdure.
A leur toile bien amarrées,
innocentes, pelotonnées,
silencieuses et affairées,
elles avaient bien fière allure.

Sans se soucier de ma présence,
tous ces petites étoiles dorées
avaient tôt fait de s'égailler,
s'éparpillaient dans tous les sens
au moindre souffle de vent léger ;
les photographier de près
il me faut bien l'avouer
ne fut pas une sinécure.

Aujourd'hui s'en sont allées
vivre leur grande aventure
filer leur toile
tisser leur vie
il me reste ces images
que je vous offre
en témoignage
de l'humble beauté
de cette nichée
d'araignées
de Mai