dimanche 31 décembre 2017

vendredi 29 décembre 2017

Milarepa : Chants 1 à 8







Le titre de cet article n'est pas choisi au hasard; en effet, il y a une dizaine d'années, j'avais découvert sur le net un site bouddhiste russe proposant de nombreux chants indiens ou tibétains en téléchargement. L'un des dossiers s'intitulait "Milarepa" et contenait vingt chants "a capella", sans aucune autre information. Malgré mes recherches ultérieures, je n'ai trouvé aucune référence à ces chants, dont l'interprète restera donc anonyme.




L'harmonisation de ces chants est toujours improvisée, et à peine retouchée dans un deuxième temps. Par contre, lorsque la voix du chanteur ne reste pas sur une tonalité stable, je dois recourir à un artifice électronique pour accorder la voix à une tonalité précise, quitte à transposer d'un demi ton, voire d'un ton, la mélodie au cours du morceau.


KAT02






jeudi 28 décembre 2017

"Je veux trouver la vérité"...





"Sans l'Amour et la volonté qu'inspire l'Amour, rien ne peut être accompli. Se contenter de parler de la réalité sans rien faire pour cela c'est s'infliger à soi même une défaite.

Il faut qu'il y ai de l'Amour entre la personne qui dit je suis et le spectateur de ce "je suis". Tant que l'observateur, le soi intérieur, le soi "le plus élevé" se considère comme séparé de l'observé, du soi inférieur, qu'il le méprise et le condamne, la situation est sans espoir.

Ce n'est que quand l'observateur (vyakta) accepte la personne (vyakti) comme une projection ou une manifestation de lui même et, pour ainsi dire qu'il accueille le "moi" dans le "Soi" que la dualité du je et du ceci disparaît, et que la Réalité Suprême se manifeste dans l'identité de l'externe et de l'interne.
Cette union du Voyant et du Vu se produit quand le voyant prend conscience de lui même comme voyant; il ne s'intéresse pas uniquement au vu, qu'il est de toute façons, mais aussi au fait d'être intéressé, de prêter attention à l'attention, d'être présent (aware) à sa propre présence.

Une conscience alerte et affectueuse est le facteur primordial qui amène la réalité au centre."


(Nigarsadatta Maharaj,"Je Suis", p 310)


"Votre désir même de formuler la vérité la nie parce que les mots ne peuvent pas la contenir. La vérité ne peut être exprimée que par la négation du faux-en-acte. Pour cela vous devez voir le faux comme faux et le rejeter.

 La renonciation au faux est libératrice et génératrice d'énergie. Elle laisse ouvert le chemin de la perfection.
(...)
Une fois que vous avez dit "je veux trouver la vérité", toute votre vie en est profondément affectée. Toutes vos habitudes mentales et physiques, vos sentiments et vos émotions, vos désirs et vos craintes, vos projets et vos décisions subiront une transformation des plus radicale"...


 (Nigarsadatta Maharaj , "Je Suis", p332, 333)  




"La vérité ne peut être exprimée que par la négation du faux, et non pas au travers des mots et des concepts, mais en acte"! 
Et qu'est ce que cela signifie concrètement la négation du faux en acte?
Cela signifie, comme il le dit, une transformation radicale de toutes nos habitudes mentales et physiques, de nos sentiments et de nos émotions, désirs, craintes, de nos attachements, de nos conditionnements... 
La voie la plus immédiate et la découverte de notre Véritable Nature et de sa Liberté, lorsqu'elle est réalisée, se manifeste par une complète transmutation.
Si ce n'est pas le cas malgré les ouvertures, autant ne pas se leurrer: c'est que cette maturité qui fait que le fruit tombe de lui-même, dont parle si souvent N.Maharaj, n'est pas encore là.


 

lundi 25 décembre 2017

Un Noël, des musiques





Cette petite anthologie de Chants de Noël a été publiée initialement il y a sept ans exactement, et c'est avec plaisir que j'offre à tous l'occasion de découvrir à nouveau ces interprétations diverses, chaleureuses et colorées.





samedi 23 décembre 2017

Cadeau de Noël, par Reiser (repost)










        Trouvé dans un vieux numéro (années 70) de la revue "Hara Kiri".



jeudi 21 décembre 2017

Vivre en Présence n°43 : Ouverture








Extraits de la page Facebook «Vivre en Présence»




«Les gens se plaignent en disant qu’ils voudraient pratiquer mais qu’ils n’ont pas le temps. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi de parler des Paramita - la générosité, la discipline, la patience, l’effort, la méditation et la sagesse - parce que ces vertus de Bodhisatva ne font pas seulement partie du chemin vers la bouddhéïte, elles font partie de nos qualités intrinsèques et nous avons à les développer dans notre vie quotidienne. Nous ne devons pas considérer que la Pratique c’est uniquement lorsque nous nous asseyons sur nos coussins de méditation ou que nous allons dans des Centres assister à des causeries sur le Dharma ou encore lorsque nous faisons les rituels, et que le reste de notre vie quotidienne c’est juste une tonne d’activités mondaines. Si nous faisons cette séparation, le temps que nous consacrons au Dharma est si infime alors que celui durant lequel nous sommes happés par les distractions du monde est si grand.»

Jetsunma TenZin Palmo (La perfection de l'Effort Enthousiaste)





De même que le premier aperçu de conscience éveillée peut advenir dans l'espace de temps entre deux pensées - pour ensuite devenir l'espace sans forme ni limite où se déroule tous ce qui est, y compris les pensées - la «typographie éveillée» se situe dans l'espace entre les mots et les ponctuations.
Dans cet espace, je suis, vous êtes, et c'est là que nous sommes tous ensemble. Le multiple est devenu Un.





Un pas vers le ciel
Le ciel sous mes pas
Le voyez-vous là-bas
Ce bleu du ciel là ?
Mais non il est ici
Juste au creux de ma vie
Et la terre son amie
qui lui a dit merci
Sous mes pieds attendris
Lui sourit






Vivre en Présence, c'est vivre «en direct» et non pas à travers le filtre opaque tissé par le mental intellectuel. Être en contact avec les choses, pas avec la pensée à propos des choses. Et la différence est patente : en Présence, j'éprouve, je ressens, c'est fluide, ça veille, c'est simple, c'est joyeux, c'est vivant. Dans le monde des pensées - on pourrait l'appeler «en absence» - je ne ressens rien d'autre que des émotions confuses, ça pense tout le temps, c'est souffrant, compliqué, ça dort, c'est d'un ennui mortel, un véritable «handicap sensitif...







mardi 19 décembre 2017

Vivre en Présence n°19 : Marol








Extraits de la page Facebook «Vivre en Présence»


Ces dessins sont extraits du livre d'Arnaud Desjardins, «La voie et ses pièges».










«Être en Présence, c'est se situer au point de contact le plus intime de soi-même avec soi-même, en cet espace ineffable où tout apparait et tout disparait, cet espace qui pour l'intellect semble vide, diffus, non localisé, et qui pourtant est plein d'impressions sensitives et d'intuitions vivantes, cet espace où une seule chose est certaine, c'est que ici et maintenant, Je Suis; je ne peux pas dire «ce» que je suis, mais l'évidence de ce «Je Suis» se suffit à elle-même. Et la qualité de paix, la vivacité des perceptions, la fluidité des sentiments qui sont les manifestations immédiates de ce «Je Suis» ont une saveur indubitablement reconnue.»







lundi 18 décembre 2017

The Rolling Stones : Between the buttons








Inutile de présenter les Rolling Stones, ce groupe faisant partie des plus grands noms de l'histoire du rock; cependant, si vous souhaitez en savoir plus, allez sur Wikipedia ou sur le site officiel.





J'ai choisi 6 titres, connus ou moins connus, mais tous extraits de l'album "Between the buttons" (1967), qui fut le premier (et unique) disque vynil des Rolling Stones que je me sois offert. A l'époque, je n'étais pas vraiment un "fan", mais j'ai beaucoup écouté cet album, d'où le choix de ce partage musical.


Yesterday's papers

who wants yesterdays papers
who wants yesterdays girl
who wants yesterdays papers
nobody in the world

after this time i finally learned
after the pain and hurt
after all this what have i achieved
i've realized it's time to leave

cause
who wants yesterdays papers
who wants yesterdays girl
who wants yesterdays papers
nobody in the world

Living a life of constant change
every day means the turn of a page
yesterdays papers are such bad news
same thing applies to me and you

who wants yesterdays papers
who wants yesterdays girl
who wants yesterdays papers
nobody in the world

seems very hard to have just one girl
when there's a million in the world
all of these people just can't wait
to fall right into their big mistake

who wants yesterdays papers
who wants yesterdays girl
who wants yesterdays papers
nobody in the world











samedi 16 décembre 2017

vendredi 15 décembre 2017

Spike Jones : Casse-Noisette et autres fantaisies









Un véritable bijou d'humour, extrait de la "Nutcracker Suite", d'après Tchaikovsky, avec le texte anglais en prime!





Intro to Chinese Dance

Now the LITTLE GIRL had two Chinese dolls that had come along with them too,
And one had the name of, "MO-DON-FUN," and the other was called, "AH-CHOO"
They rubbed each other's noses, (that's the way the chinky Chinaman kiss,)
Then they started in, to do a dance, that sounded something like this....

The Chinese Dance
(Dolls in dance routine.)

(Nationalist)

VOICE: "Chang-fong-chee-hop-so-wing-so-lee.....

Go light yo' fiah-clacker, bang-up Chlissmus..."

(Dance continues, faster and faster to finish.)

Dance of the Flutes

D'ja ever see a tin flute dancing? (Hm?)
D'ja ever know a piccolo could dance a jig?
Here's the tune they dance to when they get a chance to,
It's a kind of a rinky-dinky, ending with a whirli-gig...

(flute dances)

When, they play the music hot, they dance a hot gavotte...
As like as not......

When a penny flute goes dancing, he'll never ask a lady piccolo of course,
He never goes for small things, what he likes, of all things, is...a HORSE!

(Flute & HORSE ballet)

Don't you think they're both entrancing,
What could be as graceful as a hunk O' TIN,
'Specially in the chorus, dancing with a H-O-R-U-S
That's a pretty picture or my name is Gunga Din!

(Ballet continues)

Let us leave them gently.......
Maybe instrument'ly.......

(Play-off.)


Voici à présent une version très spéciale du "Vol du Bourdon" par Spike Jones, particulièrement recommandée à ceux qui justement l'ont, le bourdon...








Et quelques morceaux en vrac, en guise de bonus...










jeudi 14 décembre 2017

mercredi 13 décembre 2017

Vie Verticale






Le Royaume des Cieux est le mental «vertical».
Le mental «vertical» est toujours présent - dans l' «Instant présent».

L'intuition est une expression de la «verticalité» du mental.
Le Non-attachement, la non-permanence, la non-conceptualisation, la non-rêverie sont tous : vivre «verticalement» et non pas «horizontalement».

La métanoesis ou paravritti est le retournement vers la 
«verticalité» du mental.

Le soi (dans toutes ses formes d'état séparé) est vivre 
«horizontal» dans le temps sériel.

Le «rappel-de-Soi» d'Ouspensky, l' «état-sans-tête» de D.C. Harding, l' «éveil-simple» de Shen Hui, sont vivre «vertical».
Toute vérité est «verticale» : rien d' «horizontal» ne peut être vrai.

Toute vision-vraie est «verticale».

Tous les objets sont «horizontaux» : la «subjectivité» est «verticale».

Le «vertical» est «absolu» : l' «horizontal» est non-absolu.

Dans la vie «verticale» la fixation du «je» n'est plus présente.

Wei Wu Wei (La voie négative)

Source : Non Dualité





mardi 12 décembre 2017

Rorschach





Musique : Christian Zagaria et Michel Tardieu




lundi 11 décembre 2017

Il est des mots qui chantent comme on berce un enfant...







Sur un texte de Lise, voici deux essais sonores et musicaux improvisés en décembre 2008 par Pascale Valenta au chant et Michel au piano.


IL EST DES MOTS

Il est des mots qui blessent comme un coup de poignard
des mots sortis tout droit d'un immense trou noir
affutés de rancunes et de désespoirs
qui jaillissent soudain au grès de nos humeurs
comme des pantins avides de nos peurs.

Il est des mots qui chantent comme on berce un enfant
des mots vibrant d'amour qui s'élancent en dansant
ciselés d'innocence et de joie
qui tissent dans nos mains la toile du bonheur
comme un magicien penché sur notre cœur.

Il est des vents violents, tourmentés et contraires
témoins de nos misères
qui secouent par moment nos êtres éphémères.

Il est des souffles purs ,voluptueux et sincères
messagers de lumières
qui nous portent au de là de nos simples misères.

Il est au beau milieu celui qui sait se taire
cette part de nous même qui croit que le mystère
est plus grand que le verbe et plus fort que le temps.
et que d'intenses joies naissent des contraires
comme une roue sans fin, indicible prière.






Les mots se posent en nous en une vibration..
Un autre les saisit, les prend en sa demeure ,
les réchauffe à l'abri de son cœur,
Pour les porter ailleurs.

Vagabonds, voyageurs, les mots n'ont ni lieu ,ni heure pour tisser le bonheur ..
Il suffit d'un regard,d'une voix, d'une oreille attentive jusqu'au bout des doigts ..
pour que la magie soit.

Alors d'un seul élan,
Joyeux, libres, insouciants..
ils s'envolent légers,

Portés par le Désir ardent
qui nourrit la Parole de notre cœur d'enfant.

Il ne reste alors plus de mot pour qualifier ce présent..
Qu'une infinie gratitude d'être vivant.

Lise





dimanche 10 décembre 2017

Univers Zéro : Clivages (2010)







Univers Zéro est un groupe de rock progressif belge, fondé en 1974 par Daniel Denis et Claude Deron. (Voir l'article sur Wikipedia.)