mercredi 18 octobre 2017

mardi 17 octobre 2017

Quelques images musicales...
























Un moment paisible






Native, par Chronophonix






lundi 16 octobre 2017

Jimi Hendrix : Bold as love










"Bold As Love"

Anger, he smiles,
towering in shiny metallic purple armour
Queen Jealousy, envy waits behind him
Her fiery green gown sneers at the grassy ground

Blue are the life-giving waters taken for granted,
They quietly understand
Once happy turquoise armies lay opposite ready,
But wonder why the fight is on
But they're all bold as love, yeah, they're all bold as love
Yeah, they're all bold as love
Just ask the axis

My red is so confident that he flashes trophies of war,
and ribbons of euphoria
Orange is young, full of daring,
But very unsteady for the first go round
My yellow in this case is not so mellow
In fact I'm trying to say it's frigthened like me
And all these emotions of mine keep holding me from, eh,
Giving my life to a rainbow like you
But, I'm eh , yeah, I'm bold as love
Yeah, yeah
Well I'm bold, bold as love (hear me talking, girl)
I'm bold as love
Just ask the axis (he knows everything)








samedi 14 octobre 2017

Ce monde est bon, par Douglas Harding







Regardez, s'il vous plaît, le schéma n° 16.

Le 16a représente une image de moi aveuglé par l'illusion la plus perverse qui me fait prendre cette tête d'épingle pour le siège et le centre de ma conscience, une position avantageuse d'où je contemple le monde. Il montre un objet déguisé en Sujet, une troisième personne qui se prend pour la Première Personne. Il montre une rose prétentieuse qui affecte d'être sa propre Racine. Il me montre moi, en train de me hisser au- dessus de moi-même d'un mètre — au sens littéral du terme. Il me montre en position de blasphémateur invétéré. Hélas ! telle est la condition humaine ! L'habitude de mal placer la conscience est si ancrée qu'elle est rarement remise en ques­tion. Le résultat, c'est que notre vision du monde est totale­ment fausse. Un monde de rêve devient un monde de cauchemar, une gigantesque fiction sociale qui se reproduit indéfiniment. Une fiction néanmoins assez réelle pour gâcher complètement le monde de Dieu.



Le schéma 16b montre comment se présente vraiment Son monde quand on le regarde à partir du seul lieu d'où il puisse être regardé de toute façon, c'est-à-dire à partir du Centre de tout, de l'origine de tout, du Réceptacle de tout. Voici comment l'oeil divin voit Son monde. Et ce monde est bon.
(Douglas Harding, Le procès de l'homme qui disait qu'il était Dieu)


vendredi 13 octobre 2017

jeudi 12 octobre 2017

Swat Valley (Pakistan) : Malam Jabba







La station de ski «Malam Jabba» située dans les hauteurs de la vallée de Swat, au Pakistan, fut construite à l'initiative du gouvernement pakistanais avec l'aide des Autrichiens. Son point culminant est à 2800m d'altitude. Les premières photos ci-dessous datent de mai 2004, lors de la tournée musicale que j'ai eu l'occasion de faire pour l'alliance française du Pakistan, avec ma grande amie chanteuse, Zaniboni. Les images de la station enneigée ont été trouvées sur le net, ainsi que toutes les autres vues de l'état actuel du lieu.
En 2008, les talibans prirent le contrôle de la région et détruisirent l'hôtel ainsi que le télésiège. L'hôtel n'a pas depuis été restauré, mais le site a repris son activité, les skieurs montent à pied ou utilisent un télésiège assez rustique, et beaucoup plus court. Il y a même une page facebook : Swat snow festival 2016.


Photos de mai 2004








Images trouvées sur le net

La station enneigée (avant 2008)




Après 2008





Depuis, les activités ont néanmoins repris...






Chants juifs pour violoncelle et piano








Sonia Wieder-Atherton



mercredi 11 octobre 2017

Élucubrations







Dans les sixties, quelques chanteurs ou comédiens français ont eu envie de s'amuser en interprétant des chansons aux textes absurdes ou extravagants : des élucubrations ! Emboitant le pas à Antoine (Pierre Antoine Muraccioli), nous retrouverons ainsi Johnny Halliday (Jean-Philippe Smet), Les Problèmes (Gérard Filippelli - ‎Gérard Rinaldi - ‎Luis Rego - ‎Jean-Guy Fechner), Évariste (Joël Sternheimer), Édouard (Jean-Michel Rivat) et pour finir, Jean Yanne (Roger-Jean Gouyé) lui-même !






















 





lundi 9 octobre 2017

Genesis : The musical box











Play me Old King Cole
That I may join with you,
All your hearts now seem so far from me
It hardly seems to matter now.

And the nurse will tell you lies
Of a kingdom beyond the skies.
But I am lost within this half-world,
It hardly seems to matter now.

Play me my song.
Here it comes again.
Play me my song.
Here it comes again.

Just a little bit,
Just a little bit more time,
Time left to live out my life.

Play me my song.
Here it comes again.
Play me my song.
Here it comes again.

Old King Cole was a merry old soul,
And a merry old soul was he.
So he called for his pipe,
And he called for his bowl,
And he called for his fiddlers three.

But the clock, tick-tock,
On the mantlepiece -
And I want, and I feel, and I know, and I touch,
the wall

She's a lady, she's got time,
Brush back your hair, and let me get to know your face.
She's a lady, she is mine.
Brush back your hair, and let me get to know your flesh.

I've been waiting here for so long
And all this time has passed me by
It doesn't seem to matter now
You stand there with your fixed expression
Casting doubt on all I have to say.
Why don't you touch me, touch me,
Why don't you touch me, touch me,
Touch me now, now, now, now, now...






dimanche 8 octobre 2017

Paradigme : c'est comme ça...






Face à une certitude..petite question à (se) poser souvent : qui l'a dit ? (Lise)

Pour voir le diaporama : cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite et gauche du clavier.


samedi 7 octobre 2017

2002 World Sufi Music Festival (5 et fin)






Abida Parveen, Pakistan : Man Mana Na Man Manam (part II)




2002 World Sufi Music Festival (4)







Abida Parveen, Pakistan : Man Mana Na Man Manam (part I)