mardi 8 décembre 2015

Amanita Muscaria Cevenolensis








Les propriétés hallucinogènes de l’Amanite tue-mouches sont connues et utilisées depuis tout temps. Déjà dans l’Inde antique elle entrait probablement dans la composition du Soma, boisson divinisée nécessaire à l’immortalité des dieux et aux sacrifices faits par les hommes. Son effet était puissant: il agissait sur la pensée et sur le corps; il donnait les idées, la vigueur intellectuelle, la force et le courage physique; il guérissait les malades et renforçait la puissance sexuelle.





Les Amérindiens semblent également avoir eu recours aux propriétés hallucinogènes de cette amanite tout comme certaines tribus sibériennes lors de rituels chamaniques. C’est ainsi que les peuplades du Kamtchatka ne disposant pas d’une quantité suffisante de drogue pour leurs cérémonies collectives avaient recours à un rite particulier et surprenant: un premier individu absorbait le champignon puis un second recueillait les urines de ce dernier afin de les boire, les substances chimiques responsables de la toxicité du champignon étant éliminées sous forme active dans les urines. Le gobelet passait ainsi de mains en mains et alors que seul le premier individu avait consommé le champignon toxique, plusieurs pouvaient jouir de ses effets psychotropes.





Plus récemment, l’Amanite tue-mouches est consommée comme drogue par les Lapons. Ils font sécher le chapeau afin de concentrer les toxines puis l’avalent sans le mâcher. Il se peut que ce soit en observant ses effets sur les rennes que sa consommation soit devenue courante. En effets ces animaux l’apprécient au point qu’il suffit pour rassembler un troupeau de disposer sur le sol des morceaux de ce champignon.
On prétend également qu'au XIXème siècle, pendant la guerre qui opposa la Suède à la Norvège, certains soldats suédois se droguaient avec l'Amanite tue-mouches avant de partir au combat.





Cette amanite doit son nom vernaculaire de « tue-mouches » au fait qu’elle était utilisée autrefois comme insecticide, rompue dans une jatte de lait pour engourdir les mouches (propriétés insecticides imputables aux substances ci-dessus évoquées). (Source des textes : Clic' Amanites)