samedi 30 avril 2016

Melmoth : La devanture des ivresses







«Parce que La devanture des ivresses est un monolithe de solitude rock, un moment avec soi-même à écouter au soleil en pensant la mort multicolore, parce que Melmoth reste un artiste fantôme de l’histoire française et que personne n’en parlera plus jusqu’à sa mort. Forcément multicolore.
»

1969 : c'était l'époque où j'étais prêt à m'offrir un album de musique du moment que la pochette et le titre me plaisaient, ou m'intriguaient, me laissant supposer que j'avais affaire à une œuvre originale et inspirée. Ce fut le cas pour celui-là...





MELMOTH3



vendredi 29 avril 2016

Dix raisons pour éviter l’illumination cette année







Article original en anglais sur le blog de Lori-Ann : The Awakened Dreamer
Article en français sur le blog de Christine : Du Tout et Du Rien


Les résolutions du Nouvel An sont le plus souvent l’affirmation de ce que nous devrions faire cette année et que nous n'avons vraiment aucun intérêt à faire; je vais donc vous offrir quelques mécanismes inverses. Au lieu de dix étapes proactives pour l’illumination, voici dix bonnes raisons pour éviter l'éveil cette année.

1) Nous arriverons à être justes. Même si nous avons tort, nous sommes aussi sûrs bien évidemment d’avoir raison. C'est parce que nous ne sommes pas encore arrivés dans le champ, souvent cité par Rumi, au delà de faire bien ou mal. Au lieu de cela nous arrivons à jouer au jeu sans fin de l'attaque et du blâme, de la haute autorité morale et de notre propre justice. Trop drôle!

2) Nous arriverons à tout savoir. Tous ces livres, séminaires et ateliers, sans parler des diplômes universitaires, ont fait de nous des savants. Nos esprits farcis d’informations ont travaillé dur pour arriver à des théories sur comment fonctionne la vie et nous arrivons à nous reposer sur ces idées tant qu’elles sont confortables et rassurantes pour l'ego. Avec cette accumulation de connaissances, rien ne peut changer notre esprit, sans parler de le libérer.

3) Nous arriverons à jouer le drame roi / reine. Ne nous leurrons pas, la vie est un feuilleton la plupart du temps. Il n'y a rien de plus amusant que de rester assis avec un ami et de raconter l'horrible histoire qu'un autre ami a raconté ou vécu. Chaque rebondissement mortifiant ajoute du carburant émotionnel à l'incendie du drame. En évitant l'illumination, nous arrivons à maintenir notre rôle de vedette dans "Les Jours de Nos Vies".

4) Nous arriverons à rester une victime: Cette prise de position de dépendance, le rôle du «pauvre moi», peut être jouée une éternité. Nous parvenons à continuer à ressasser le passé négatif en rappelant à chacun combien notre misère n'est pas de notre faute. En choisissant de rester endormi à la vérité joyeuse de notre être, nous pouvons pleurer et grincer des dents un peu plus longtemps. Youpi!

5) Nous arriverons à entretenir un noyau d’inquiétude: Il n'y a rien de telle qu’une bonne inquiétude; imaginant le pire des résultats et l'avenir effrayant. La planète toute entière est en danger écologique et les Mayas nous disent que le monde prendra fin cette année. Même si nous n'adhérons pas au pessimisme, nous sommes probablement consternés par les perspectives d'emploi, la diminution des comptes d'épargne et les options d’un romantisme douteux. En évitant l'illumination, nous arrivons à maintenir cette délicieuse préoccupation d’un sombre futur.

6) Nous arriverons à rester en thérapie. Notre thérapeute est une bouée de sauvetage et, que diable, nous avons investi plusieurs mois ou années à passer au crible nos ordures mentales et émotionnelles. C'est comme l’analyse du contenu d'un livre, décomposant fils, motifs et thèmes qui se déchaînent dans notre psyché. Bon sang, si nous devenons illuminés tout ce travail sur l’ombre irait à la poubelle. Nous n’aurions plus de mental à fixer, juste un superbe vide où se reposer. Au moins sur le sofa du thérapeute nous pouvons être assurés que nous aurons encore beaucoup d'années à errer dans les labyrinthes de nos névroses et psychoses.

7) Nous arriverons à garder nos emplois en tant que chercheurs. C'est peut-être le plus difficile à abandonner, ce dévouement à la "voie". Nous avons passé d'innombrables heures sur un tapis de yoga, un coussin de méditation ou en maîtrisant la transe chamanique et l'amour tantrique. Cette recherche est devenue un travail, une identité officielle que nous portons comme un insigne. En évitant l'illumination, nous arrivons à passer plus de temps dans cette posture du lotus, plus d'heures en satsang, plus des miles aériens au service des retraites spirituelles et des séminaires. Nous arriverons à continuer à chercher ce qui est tout le temps ici, sous notre nez.

8) Nous arriverons à être spécial. Ne vous méprenez pas, chacun de nous est unique, une expression de la volonté divine tout comme nos empreintes digitales sont uniques et, en leur genre, des œuvres d'art. Pensez à une infinité d'instruments en roseaux, uniques, à travers lesquels le vent de la conscience se meut. Mais en évitant l'illumination, nous arriverons aussi à nous accrocher à la croyance que nous sommes le meilleur instrument et le plus spécial du coin. Nous apprenons à être une star en solo, même si en vérité nous sommes juste une note dans une symphonie éternelle. Nous arriverons aussi à supporter le poids de notre performance particulière, comme si cela importait réellement.

9) Nous arriverons à avoir peur de mourir: Nous n'avons probablement pas admis cette peur, mais tout mortel se raidit plus ou moins face à l'inéluctabilité de la mort. Pourtant, il y a un plaisir morbide dans cette anxiété profonde à casser sa pipe. D'une part, nous arrivons à faire des listes de folles aventures de pipes défiant la mort, et de plaisirs hédonistes. En restant endormi face à la vérité que nous sommes non-nés, éternels et immuables, nous arrivons à continuer à redouter la fin de notre vie physique.

10) Nous arriverons à être un «Je»: Certes, il y a des avantages à être un "je". Lorsque nous sommes identifiés au “je”, nous arrivons à être auto-déterminés, sûrs de nous et maîtres de nous. Nous arrivons aussi à garder une grande partie de nos bagages, comme les doutes profondément ancrés: nous ne sommes pas assez bons, assez intelligents, dignes ou aimables. Dans tout cette moi-ité il y a peu de place pour constater que personne n'est réellement ici (oui, il n’y a vraiment personne à la maison!) Mais ce n'est pas grave, car être auto-centré est un tout bien plus amusant qu'être auto-réalisé (à l'exception, bien entendu, de lorsque nous sommes un soi-s’auto-apitoyant).

Donc là vous les avez, dix excuses pour continuer à sommeiller dans l'ego-land pour les douze prochains mois, une terre où nous arrivons à poursuivre la quête du bonheur. Sauf, bien sûr, si vous vous éveillez à la vérité car, comme le dit Osho, «L'ego ne vous donne que des buts, mais chaque fois que ces objectifs sont atteints, ils ne vous permettent pas de célébrer."

De cette façon, chaque résolution pour le nouvel an est vraiment juste une distraction du fait que rien d’extérieur ne pourra jamais vraiment nous rendre heureux – avouons-le, chaque but atteint sera remplacé par un autre rêve à atteindre, un jour. Vous pouvez courir encore sur ce tapis roulant de l'amélioration ou sauter sur la possibilité de simplement vous arrêter. Vous arrêter et remarquer que le bonheur que vous poursuivez est toujours ici, tout le temps. Juste ici, parce que c'est ce que vous êtes réellement.

La conscience est ici!

Lori-Ann





Direct Pointing : Liberation Unleashed

















jeudi 28 avril 2016

Henri Dutilleux : Tout un monde lointain...








Henri Dutilleux (décédé le 22 mai 2013 à Paris à l'âge de 97 ans) aimait donner des titres poétiques à ses oeuvres, tel le concerto pour violoncelle et orchestre baptisé «Tout un monde lointain...». Vous pourrez écouter ci dessous les quatrième et cinquième mouvements (qui sont enchainés) de cette composition magistrale.






Orchestre Philharmonique de Radio France
Direction : Myung-Wung Chung
Violoncelle : Truls Mørk





mercredi 27 avril 2016

Nicolo Paganini - Sarah Chang (violon)






De Nicolo Paganini (1782-1840), voici le premier mouvement "Allegro maestoso" du concerto pour violon et orchestre No. 1, Op. 6 en Ré majeur, interprété par Sarah Chang alors qu'elle n'avait que douze ans.


1ère partie

2ème partie



L'Homme au téléphone















mardi 26 avril 2016

lundi 25 avril 2016

Visages d'arbres : un cri qui ne fait pas de bruit




visages d'arbre 01

visages d'arbre 02

visages d'arbre 03


Immobiles,
Ils lancent vers nous
Ce cri qui ne fait pas de bruit
Et nous porte plus loin
Que ce que nous pourrions en dire.

Alors naissent les notes
De la Musique de nos vies
Lorsqu'elles vibrent en harmonie.


Lise

visages d'arbre 04


Visages d'arbres

visages d'arbre 05


dimanche 24 avril 2016

Bhairava






Bhairava (improvisation à l'harmonium indien)




samedi 23 avril 2016

vendredi 22 avril 2016

In Memoriam Prince Rogers Nelson






Lire l'article du journal Le Monde

Voici, à sa mémoire, un article que j'avais publié il y a quelques années...

Une manière originale pour un artiste de distribuer son nouvel album : l'offrir avec des magazines judicieusement choisis; c'est ce que Prince avait fait l'été 2010 avec son opus, "20 Teens", dont voici trois extraits.


prince 01






"Act Of God" (Prince)


Dirty fat banker sold a house today
Sold in auction wants the family out the way
Kick them on the street, cause he couldn't pay the tax
Call it an act of God

I Get a million dollars people hear me sang
Gotta give the banker half of everythang
Didn’t the founding fathers holler about the same thang
(Yes They Did)
Call it an act of God

But I got news for you
Freedom ain't free
They lock you in a cell if you try to be
But the worlds would say no, make history
Call it an act of God
(Act Of God)

Tax dollars build a plane drop a bomb
Supposedly to keep us all safe from Saddam
Bringing bad news to another woman
Call it an Act of God

But I got news for you
Freedom ain't free
They lock you in a cell if you try to be
But the worlds would say no, make history
Call it an act of God
(Act Of God)

Funny how nobody's holy books are the same
Everybody's God got a different name
The day that it's over is the end of the game
And they call it an act of God

Hey, it will be all over when the people are free
Free to be who and what they want to be
Wherever we go it's up to you and me
Call it an act of God

We so tired said we through with fear
There never was no hell or boogie man here
If he was seen look he was in your mirror
Call it an act of God

Call it whatcha want except an act of God [x3]

Call it an act of God
Oh Lord

Call it whatcha you want except an act of God [x5]



prince 02