mardi 31 mai 2016

Route 66







Cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite et gauche du clavier.




Sarah Small : «Skylight One Hanson - Tableau vivant»





Lorsque la nudité des corps épouse la nudité des coeurs et communie avec celle des esprits, la performance qui en résulte est d'une intensité à couper le souffle.

Sarah Small : Site officiel










lundi 30 mai 2016

Catherine Ribeiro + Alpes






Catherine Ribeiro est une actrice et chanteuse française d'origine portugaise, née le 22 septembre 1941 à Lyon. Humaniste, militante, on l'a souvent surnommée dans la presse la «passionaria rouge» ou la «grande prêtresse de la chanson française».
Elle commence à chanter dans les années 1960. En 1970, elle crée le groupe Alpes avec Patrice Moullet (Suite sur Wikipedia).



Un souvenir personnel : le 28 janvier 1977, avait lieu un concert de Catherine Ribeiro à Lyon, à la Bourse du Travail. En première partie, se produisait un groupe de "Rock Progressif", Terpandre : j'en faisais partie...ce fut un grand moment !






Back






dimanche 29 mai 2016

FAQ : «Voir ce qui est», OK, mais Qui voit ?






Voir ce qui est, OK, mais Qui voit ?


Nous utilisons ici le verbe "voir" dans le sens de percevoir directement, non-conceptuellement. Dans ce sens là , il s'oppose donc au fait de penser. En d'autres termes, voir et penser sont deux processus s'excluant mutuellement en un même instant.

Voir, c'est être conscient à chaque instant de tout ce qui apparait; c'est un processus dynamique, en constante évolution, puisque tout ce qui apparait change en permanence.
Ce processus est fluide, paisible, intemporel, sans "avant" ni après", ni même "maintenant", car la pensée "maintenant" n'y a pas d'utilité particulière. Ce processus EST, c'est encore le mieux qui puisse en être dit.

Alors, comment traiter la question "Qui voit ?"


Dans le cours normal de la vie vécue en mode "voir", la question ne se pose jamais, et si par hasard elle se présente, elle est si dépourvue de pertinence qu'elle disparait aussitôt.
Mais admettons que nous cherchions tout de même une réponse. S'il existe une entité au sein de laquelle se déroule la vision, cette entité elle-même change en permanence, puisque chaque changement dans ce qui est vu affecte en conséquence l'entité qui voit. Le "qui" de la question "qui voit?" n'est déjà plus le même au moment de l'éventuelle réponse, le simple fait d'avoir posé la question ayant déjà modifié subtilement ce "qui". Cette entité qui change sans cesse, supposée voir "ce qui est" qui change également sans cesse, fait elle même partie de "ce qui est"; le "voyant" et "ce qui est vu" sont un seul et même évènement : la vision. Il n'y a que vision, ou encore, on dira qu'il y a identité entre ce qui voit, ce qui est vu, et le fait de voir.

En ce cas, la question, elle même incluse dans "ce qui est", rejoint le courant et s'y abîme corps et bien !






Iron Butterfly : Butterfly Bleu








Butterfly Bleu

I found me a little butterfly
As blue as the sky
With just a touch of gold
I knew I had to hold
My butterfly fly away with me

Every time I reached for her
She managed to slip away
Takin' my breath away from me
How can I make her stay?
My butterfly, fly away with me, yeah

My heart was beatin' faster
She started to come near
Spread her wings around me
And cast out all my fears
My butterfly, fly away with me, yeah

Now the bright light of her eyes show
She never was leavin' me
Got in me by my efforts to reach her
Leadin' me to be free
My butterfly, fly away with me




samedi 28 mai 2016

Chögyam Trungpa : Le coeur authentique de la tristesse








Le coeur authentique de la tristesse

Lorsque nous nous exerçons à rester assis tranquillement et à suivre notre souffle à mesure qu'il sort et qu'il se dis­sout, nous établissons un contact avec notre coeur. En nous laissant tout simplement être tels que nous sommes, nous commençons à éprouver une réelle sympathie envers nous-mêmes.




Imaginons que nous sommes assis par terre, nus, touchant le sol de nos fesses nues. Puisque nous ne portons ni foulard ni chapeau, nous sommes également exposés au ciel. Nous sommes pris en sandwich entre le ciel et la terre : un homme nu ou une femme nue, assis entre ciel et terre.
La terre reste toujours la terre.
La terre laisse quiconque s'asseoir sur elle et jamais elle ne cède. Elle ne fait jamais faux bond ; on ne tombe pas de la terre pour aller se perdre dans l'espace intersidéral. De même, le ciel reste toujours le ciel ; il reste toujours le ciel au-dessus de nous. Qu'il neige, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, le jour comme la nuit, le ciel est toujours là. En ce sens, nous savons que le ciel et la terre sont dignes de confiance.
La logique de la bonté fondamentale est analogue. Lors­que nous parlons de la bonté fondamentale, nous ne vou­lons pas dire qu'il faille prendre position pour le bien et rejeter le mal. La bonté fondamentale est bonne parce qu'elle est inconditionnelle, parce qu'elle est primordiale. Elle est tou­jours déjà là, de la même façon que le ciel et la terre sont toujours déjà là. On ne rejette pas l'atmosphère. On ne rejette pas le soleil et la lune, les nuages et le ciel. On les accepte. On accepte le fait que le ciel est bleu ; on accepte les paysages et la mer. On accepte les autoroutes, les immeubles et les villes. La bonté fondamentale est à ce point fondamen­tale, à ce point inconditionnelle. Ce n'est pas un parti pris pour ou contre, de la même façon que la lumière du soleil n'est ni pour ni contre quoi que ce soit.




La loi naturelle, l'ordre naturel de cet univers ne sont ni pour ni contre quoi que ce soit. Dans le fond, rien ne menace notre point de vue, rien non plus ne l'encourage. Les quatre saisons se succèdent libres des exigences des gens, sans que personne n'ait besoin de voter pour elles. La peur et l'espoir ne peuvent changer le cours des saisons. Il y a le jour ; il y a la nuit. La nuit il fait noir et le jour il fait clair, sans qu'il soit nécessaire d'ouvrir ou de fermer un commutateur. Il y a une loi et un ordre naturels qui nous permettent de survi­vre et qui sont fondamentalement bons; ils sont bons parce qu'ils sont là, parce qu'ils fonctionnent, parce qu'ils sont efficaces.
Il arrive souvent que l'on prenne cette loi et cet ordre natu­rels de l'univers comme allant de soi ; en fait, on devrait se raviser. Il faudrait apprécier ce que l'on a, car, si on ne l'avait pas, on serait dans de beaux draps ! Si on n'avait pas la lumière du soleil, il n'y aurait pas de végétation, ni de récol­tes, et on n'aurait pas de quoi manger. De même, la bonté fondamentale est bonne précisément parce qu'elle est si fon­damentale, si primordiale. Si elle est bonne, c'est parce qu'elle est naturelle et qu'elle fonctionne, et non pas parce qu'elle s'oppose au mauvais.




Le même principe s'applique à notre condition d'êtres humains. Nous sommes dotés de passion, d'agression et d'ignorance. Autrement dit, nous cultivons nos amis, nous nous défendons de nos ennemis et nous sommes parfois indif­férents. Ces tendances ne sont pas considérées comme des imperfections. Elles font partie de l'élégance et du bagage naturels des êtres humains. Nous sommes pourvus d'ongles et de dents pour nous défendre en cas d'attaque, nous som­mes dotés d'une bouche et d'un sexe pour établir un rapport avec les autres, et nous avons la chance d'avoir un appareil digestif et un appareil respiratoire complets qui nous permet­tent d'assimiler ce que nous absorbons et d'expulser les déchets. L'existence humaine est une situation naturelle et, tout comme la loi et l'ordre naturels de l'univers, elle est maniable et efficace. A vrai dire, elle est merveilleuse, elle est idéale.
Certains diront que ce monde est l'oeuvre d'un principe divin, mais les enseignements Shambhala ne se soucient pas d'origines divines. Le coeur de l'art du guerrier est de tra­vailler personnellement sa situation actuelle, telle qu'elle se présente. Du.point de vue Shambhala, lorsqu'on dit que les êtres humains sont foncièrement bons, on veut dire qu'ils pos­sèdent toutes les facultés dont ils ont besoin, de sorte qu'ils ne sont pas obligés de se battre contre le monde. Notre exis­tence est bonne parce qu'elle ne contient en elle aucune source fondamentale d'agression ni cause de grief. Nous ne pouvons pas nous plaindre d'avoir des yeux, des oreilles, un nez et une bouche. Nous ne pouvons pas restructurer notre système physiologique et, d'ailleurs, nous ne pouvons pas non plus restructurer notre état d'esprit. La bonté fondamentale est ce que nous avons, ce dont nous sommes doués. Elle est la situation naturelle dont nous avons hérité à la naissance.




Nous devrions sentir qu'il est merveilleux d'être dans ce monde. C'est si merveilleux de percevoir le rouge et le jaune, le bleu et le vert, le pourpre et le noir ! Toutes ces couleurs nous ont été données. Nous pouvons sentir le chaud et le froid, goûter le sucré et l'amer. Nous avons ces sensations et nous les méritons ; elles sont bonnes.
Ainsi, pour expérimenter réellement la bonté fondamen­tale, il faut d'abord apprécier ce que nous avons. Mais ensuite nous devons voir plus loin et examiner plus précisément ce que nous sommes, où nous sommes, qui nous sommes, quand nous sommes et comment nous sommes en tant qu'êtres humains, pour arriver à prendre possession de notre bonté fondamentale. Il ne s'agit pas vraiment d'une possession, mais nous la méritons quand même.
La bonté fondamentale est étroitement liée à la notion de bodhicitta dans la tradition bouddhique. Bodhi signifie « éveillé » ou « attentif », et citta signifie « coeur » ; bodhi­citta signifie donc « coeur éveillé ». Le coeur éveillé vient de la volonté de faire face à notre état d'esprit. Cela peut nous paraître une exigence excessive, mais elle est nécessaire. Nous devrions nous examiner et nous demander combien de fois nous avons essayé d'entrer en contact avec notre coeur, plei­nement et réellement. Combien de fois nous sommes-nous dérobés, craignant de découvrir quelque chose d'atroce ? Combien de fois avons-nous été capables de nous regarder dans le miroir sans nous sentir mal à l'aise ? Combien de fois avons-nous essayé de nous tirer d'affaire en lisant le jour­nal, en regardant la télévision ou en étant distraits ? Voilà la question cruciale : dans quelle mesure avons-nous entre­tenu un rapport avec nous-mêmes durant notre vie ?




La pratique de la méditation assise, comme nous l'avons vu au chapitre précédent, est le moyen de redécouvrir la bonté fondamentale ; bien plus, elle est le moyen d'éveiller ce coeur authentique en nous. Lorsqu'on est assis dans la posture de méditation, on est exactement l'homme nu ou la femme nue que nous avons décrits plus haut, assis entre ciel et terre. Affaissés, nous essayons de cacher notre coeur, de le proté­ger en voûtant le dos. Par contre, dans la posture de médita­tion, assis droits mais détendus, notre coeur est à nu. Tout notre être est exposé, en premier lieu à nous-mêmes, mais aussi aux autres. C'est pourquoi lorsque nous nous exerçons à rester assis dans le calme et à suivre notre souffle à mesure qu'il sort et qu'il se dissout, nous établissons un contact avec notre coeur. En nous laissant tout simplement être tels que nous sommes, nous commençons à éprouver une réelle sympathie envers nous-mêmes.
Quand nous éveillons ainsi notre coeur, nous découvrons avec surprise qu'il est vide. Nous constatons que nous regar­dons l'espace. Que sommes-nous, qui sommes-nous, où est notre coeur ? Si nous regardons vraiment, nous ne verrons rien de tangible ni de solide. Bien sûr, il se peut que nous trouvions quelque chose de très solide si nous en voulons à quelqu'un ou si nous vivons un amour possessif. Mais ce n'est pas là un coeur éveillé. Si nous cherchons le coeur éveillé, si nous creusons dans notre poitrine pour le trouver, nous n'y découvrirons rien d'autre qu'une sensation de tendresse. C'est doux et endolori, et si nous ouvrons les yeux sur le monde, nous éprouvons une immense tristesse. Cette tristesse ne vient pas de ce qu'on nous ait maltraités. Nous ne sommes pas tristes parce que quelqu'un nous a insultés ou que nous nous sentons appauvris. Au contraire, cette expérience de tristesse est inconditionnelle. Elle a lieu parce que notre coeur est complètement écorché. Ni peau ni tissus ne le recouvrent ; ce n'est plus que de la chair vive. Même si un minuscule mous­tique se pose sur lui, nous nous sentons terriblement touchés. Notre expérience est crue, tendre, tellement personnelle !
Le coeur authentique de la tristesse naît lorsque nous sen­tons que notre coeur est plein. Nous aimerions ver­ser le sang de notre coeur, offrir notre coeur aux autres. Pour le guerrier, c'est cette expérience d'un coeur triste et tendre qui donne naissance au courage. Habituellement, être cou­rageux veut dire ne pas avoir peur, ou alors retourner les coups que l'on reçoit. Mais ici nous ne parlons pas du cou­rage des bagarres de ruelle. Le véritable courage est le pro­duit de la tendresse. Il survient lorsque nous laissons le monde effleurer notre coeur, notre coeur si beau et si nu. Nous som­mes disposés à nous ouvrir, sans résistance ni timidité, et à faire face au monde. Nous sommes disposés à partager notre coeur avec les autres.
Chögyam Trungpa, "Shambala", chapitre 3.






Grateful Dead : Workingman's dead













vendredi 27 mai 2016

La Mémoire




La mémoire

René Magritte : "La mémoire"



Ne verra-t-on jamais dans un beau visage silencieux, ou dans un visage sans corps, ou dans une tête en plâtre ou en marbre, le front immo­bile prendre soudain mémoire de ceci ou de cela et la tempe se mouiller du souvenir d'un ancien événement tragique ?
Si. C'est arrivé. Ici même. Une tache de sang est apparue, et s'élargit.
Sur le blanc visage sans ombre, le souvenir « marquant », d'abord se­cret s'est trahi. Le sang va sourdre de la blessure de l'âme.
Au-delà de la tempe, l'intense rouge s'étend, s'aggrave, va devenir ineffaçable.
Par la fenêtre, dans le monde du dehors, des nuages passent, qui paraissent pensés ; qui paraissent ralen­tis, qui demeurent, telle une situation grave qui ne sera jamais réglée, sur lesquels le rideau, à la fenêtre, ne sera jamais qu'à moitié fermé.
Sortie de la main du sculpteur, entrée dans la matière, la vie continue.
D'elle-même, enfin, la pierre ressent, manifeste. A présent elle revit un drame.
Saignant visage de marbre, par ailleurs inchangé, s'exprimant en silence.

Henri Michaux, extrait de "En rêvant à partir de peintures énigmatiques".





jeudi 26 mai 2016

Mooji : «N'attendons pas d'être parfait pour avoir une relation.»












Toute demande se révèle par sa projection qui crée «un autre», nécessaire croyons-nous à notre bonheur, que cet autre soit un objet, une personne, l'éveil...lorsque la pensée qui a créé cet «autre» n'est plus crue, que cet «autre» est réintégré en nous et que la séparation cesse, la demande cesse aussi en tant que demande devant être satisfaite, alors même que l'énergie intime à la source de cette demande est toujours là, une énergie brute, parfois puissante, turbulente, qui nous remue de fond en comble; mais il n'est plus possible de ne pas l'assumer directement, car cette énergie n'est autre que le cœur de nous-même...







L'Humour du Prochain n°43 : la musique dans tous ses états







Extraits de la page Facebook «L'Humour du Prochain», qui, comme son nom l'indique, est consacrée au partage d'humour sous toutes ses formes et déclinaisons.




4 main alternatif


Annotations


Dactylaccordéon


La petite violoniste


Musicothérapie


Alcootest musical


Andante con moto


Au poil !


Avant - Après


Ballerine road


Bassoon angels


Bussordéon







mercredi 25 mai 2016

Chronophonie : Melody Gardot







The Rain

The rain
The rain
Rain came down in sheets that night
And you
And I
Stared out to the left and to the right
Rain came down in gusts
Seemed to laugh at us till daylight

The clouds
The clouds
Clouds raced out across the autumn sky
And you
And I
Fumbled for a way to say goodbye
Strangers weren't we
Scared to look into each others eyes







My One And Only Thrill

Birds may cease to spread their wings
But it don't matter
But it don't matter
When does may envelop spring
But it don't matter
But it don't matter, cause
When I'm with you
My whole world stands still
You're my one and only thrill

Ships may never leave the dock
But it don't matter
But it don't matter
Ticks may never hear the tocks
But it don't matter
But it don't matter, cause
When I'm with you
My whole world stands still
You're my one and only thrill

Shores may never reach the tide
But it don't matter
But it don't matter
Buds may never open wide
But it don't matter

But it don't matter, cause
When I'm with you
My whole world stands still
You're my one and only thrill







Alim et Fargana Qasimov
















mardi 24 mai 2016