lundi 29 juillet 2013

L'Humour du Prochain n°3 : Éléphantaisies







Extraits de la page Facebook «L'Humour du Prochain», qui, comme son nom l'indique, est consacrée au partage de l'humour sous toutes ses formes et déclinaisons.
















samedi 27 juillet 2013

jeudi 25 juillet 2013

mardi 23 juillet 2013

En plein coeur de l'été





monnaie 01

Derrière chaque pensée se cache un trésor.


bardane

Pour le découvrir, il vous faut écarter tout doucement cette pensée, comme un rideau que l'on entrouvre;

onagre

prenez le temps qu'il faut, car une surprise vous attend : ce trésor, c'est vous !


monnaie 02









lundi 22 juillet 2013

L'Humour du Prochain n°2







Extraits de la page Facebook «L'Humour du Prochain», qui, comme son nom l'indique, est consacrée à l'humour sous toutes ses formes. Aujourd'hui, des textes extraits de la revue Plexus, années 1968 et 1969, avec en bonus une image commentée par mes soins, et un texte de jeunesse, «jeux de mot».

















samedi 20 juillet 2013

vendredi 19 juillet 2013

Oleg Shuplyak, peintre surréaliste ukrainien







Cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite ou gauche du clavier pour faire défiler les photos.



jeudi 18 juillet 2013

La Muse et les Lys








Après la pluie, voici venir l'eau calme et paisible, les montagnes joyeuses et sereines, et toujours mes amis, les Lys, gardiens de l'âme de mon jardin.






lundi 15 juillet 2013

L'Humour du Prochain n° 1







Extraits de la page Facebook «L'Humour du Prochain», qui, comme son nom l'indique, est consacrée à l'humour sous toutes ses formes. Les textes publiés ici proviennent de la revue «Le Crapouillot», n°32 et 33, année 1956.













samedi 13 juillet 2013

jeudi 11 juillet 2013

Rudolf Steiner : deux citations





"Si l'on s'élève par la méditation vers ce qui réunit l'homme à l'esprit, on commence à mettre en action ce qui est en soi l'élément éternel, ce qui n'a pour limites ni la naissance ni la mort.
Ceux-là seuls peuvent mettre en doute cet élément éternel de leur être qui n'en ont pas fait l'expérience intérieure. Ainsi, la méditation est le chemin qui conduit l'homme à la connaissance, à la vision du centre éternel indestructible de son être. Et c'est par elle seule qu'il peut y parvenir."
(L'initiation, p 52)



(...) Notre étude passe ainsi de l'objet perçu au sujet qui observe. Je ne perçois pas seulement les choses autour de moi, mais je me perçois également moi-même. Cette perception de moi-même consiste d'abord en ceci, que je suis l'élément durable, alors que toutes les autres images de perception ne cessent de surgir et de disparaitre.
(La philosophie de la liberté, p 66)


mardi 9 juillet 2013

Boris Vian : Elle serait là, si lourde...









Elle serait là, si lourde
Avec son ventre de fer
Et ses volants de laiton
Ses tubes d'eau et de fièvre
Elle courrait sur ses rails
Comme la mort à la guerre
Comme l'ombre dans les yeux
Il y a tant de travail
Tant et tant de coups de lime
Tant de peine et de douleurs
Tant de colère et d'ardeur
Et il y a tant d'années
Tant de visions entassées
De volonté ramassée
De blessures et d'orgueils
Métal arraché au sol
Martyrisé par la flamme
Plié, tourmenté, crevé
Tordu en forme de rêve
Il y a la sueur des âges
Enfermée dans cette cage
Dix et cent mille ans d'attente
Et de gaucherie vaincue
S'il restait
Un oiseau
Et une locomotive
Et moi seul dans le désert
Avec l'oiseau et le chose
Et si l'on disait choisis
Que ferais-je, que ferais-je
Il aurait un bec menu
Comme il sied aux conirostres
Deux boutons brillants aux yeux
Un petit ventre dodu
Je le tiendrais dans ma main
Et son coeur battrait si vite...
Tout autour, la fin du monde
En deux cent douze épisodes
Il aurait des plumes grises
Un peu de rouille au bréchet
Et ses fines pattes séches
Aiguilles gainées de peau
Allons, que garderez vous
Car il faut que tout périsse
Mais pour vos loyaux services
On vous laisse conserver
Un unique échantillon
Comotive ou zoizillon
Tout reprendre à son début
Tous ces lourds secrets perdus
Toute science abattue
Si je laisse la machine
Mais ses plumes sont si fines
Et son coeur battrait si vite
Que je garderais l'oiseau.

Boris Vian





Improvisation sur Boris Vian, par Yani Darim (voix), Michel au piano.