mardi 30 septembre 2014

La force du ruisseau : convoquer la Vie à chaque instant










Lise : La force du ruisseau

«Il y a quelques jours j'évoquais l'épisode Cévenol en disant «que d'eau ..»
et voici que cela pourrait bien s'appliquer à mon vécu actuel sous la forme «que de mots..»

Car c'est comme un ruisseau .. parfois asséché en plein été et dont on devine à peine la trace puis qui devient torrent selon le moment.. le ruisseau ne choisit pas le moment il l'exprime simplement.

Les mots ruissellent de toutes part, transpirent de toutes les aspérités du monde, de toute la matière brute qui s'entrechoque en passant devant moi, en cette liberté qu'ils ont trouvé de résonance.
En ne les cherchant plus partout ils se trouvent ..jaillissant des moindres recoins où se faufile la Vie .

Il ne m'appartient pas de les choisir ni même de les dire ou de les taire.. tout mon ouvrage est de convertir à travers eux, par leur usage le plus intime, la vibration du monde en moi et c'est une œuvre que je ne finirai pas .. quelle Joie !

Prendre en sa demeure, cueillir en son sein à travers la forme provisoire ce «tout» et le laisser en sa vibration révéler notre résonance au monde, puis dans le même élan donner l'écho de sa Musique.. ce «je suis» qui n'a de sens que par l'autre quand «nous sommes».

La force du ruisseau tient à son mouvement.. se mettre en mouvement.. convoquer la Vie à chaque instant.»






La force du ruisseau (piano : Michel)





lundi 29 septembre 2014

L'Humour du Prochain n°60 : Vladimir Kush







Extraits de la page Facebook «L'Humour du Prochain», qui, comme son nom l'indique, est consacrée au partage d'humour sous toutes ses formes et déclinaisons.
















jeudi 25 septembre 2014

Vivre en Présence n°57 : la musique








Extraits de la page Facebook «Vivre en Présence»






Une question à Jean Klein

Question : Lorsqu'on n'est plus identifié à la personne, comment la vie en est-elle affectée ?
Jean Klein : La première chose que vous remarquez, c'est combien plus riches et plus profondes sont vos perceptions. La communication en devient d'autant plus variée. En général, nous sommes fixés dans des schémas de communications ; mais lorsque nous vivons dans l'ouverture, une grande sensibilité surgit, une sensibilité dont nous n'avions jamais rêvé.

La première fois que j'ai vraiment vécu cela, c'est en jouant du piano : la qualité musicale et le plaisir ressenti lorsque je ne joue plus à partir d'un «moi-je» qui cherche à séduire son public, mais à partir de l'être qui ne cherche rien du tout, sont sans commune mesure...



   A noter qu'à l'époque, je n'avais jamais rien lu à propos 
 de la spiritualité ou des expériences de non-dualité : 
   j'ai donc tenté de décrire ce qui se passait avec mes propres mots.


Blue Meditation (Susan Belling, voix; Michel Tardieu, claviers)





Être en Présence, c'est être en amont de toute pensée,
y compris de toute pensée au sujet de la Présence,
y compris de cette pensée.






mercredi 24 septembre 2014

T.M. Krishna : Chants dévotionnels







T.M. Krishna (born 1976) is one of the leading Carnatic music vocalists of today.
(Suite sur Wikipedia)





Les musiques qui vont suivre sont des chants dévotionnels dédiés au maître indien Yogi Ramsuratkumar, interprétés par T.M.Krishna dans l'esprit et la forme de la musique carnatique; ces chants n'appartiennent cependant pas au répertoire classique de cette musique. Quant aux titres, seuls ceux qui lisent le tamoul pourront en prendre connaissance !












mardi 23 septembre 2014

LM : Le Veilleur





J'appelle la Lumière tout au bout de la nuit
Entre les parenthèses des bosses de nos vies
Balançant le Mystère de la Belle endormie
Dont le cœur se soulève pour que brille ma nuit





Quelque chose galope tout au dedans de Soi
Et sans vouloir le suivre j'emboite le pas
En ce Soleil qui vibre et pourtant n'est pas là
Par ce parfum du Libre, éperdument il va





Une étoile aux aguets plus près qu'à l'ordinaire
Est venue se poser au coin de mes regrets
Son éclat seul me porte et gravement se tait
Pour frapper à la porte de cet inespéré





Le voile qui s'écarte en la Paix déchiré
Porte encore la marque de ce qui s'est passé
Quand parle l'Innocent dans le plus grand secret
Par cette nonchalance qui se donne et se fait





Par ce qui l'appelle, le désire et le suit
L'Espace se faufile, éclabousse et jaillit
En cette eau si tranquille qui simplement luit
Quelque chose s'éclaire et je le tiens en Vie