lundi 18 mars 2019

Stephen Jourdain - La Folle Sagesse





«Indiana Jones de la traque métaphysique, selon l'excellente expression de Raymond Oillet, Stephen Jourdain nous apprend à renaître à nous-même, à ne jamais nous perdre dans un pseudo réel illusoire ou fictif que nous prenons pour la réalité quotidienne.» (Roger Quennoy)















Site de l'auteur du film : Carole Marquand


Dashiell Hedayat & Gong : Obsolete








Après "La devanture des ivresses" publié en 1969 sous le pseudonyme "Melmoth", Jack-Alain Léger a enregistré en 1971 un deuxième album, "Obsolete", utilisant cette fois-ci le nom de "Dashiell Hedayat"; sur cet album, les musiciens sont ceux du groupe Gong, tel qu'il se composait à l'époque, c'est à dire Daevid Allen (guitare), Didier Malherbe (sax), Pip Pyle (drums), Christian Tritsch (basse) et Gilli Smyth (voix, effets). Voici les deux titres principaux de la face 1 du Vinyl, "Chrysler" et "Long song for Zelda". En bonus, vous trouverez aussi l'intégralité de la face 2 : "Cielo drive 17".






Chrysler (Dashiell Hedayat)

Chrysler
Chrysler rose
Elle repose sur ses jantes
Abandonnée
Deux de ses roues sont voilées
Et sa capote est déchirée
On voit le ciel à travers
Tant elle est usée
Chrysler
Chrysler rose
Chrysler que j'ai au fond de la cour
Chrysler rouillée
J'ai une Chrysler tout au fond de la cour
Elle ne peut plus rouler
mais c'est là que je fais l'amour
Il pousse de la mousse
Et des glycines mauves sur le volant
D'un doigt malhabile dans la poussière sur la portière
Les enfants ont écrit que Dashiell est un con
Chrysler
une Chrysler rose
Elle ne peut plus rouler
Mais quand les ressorts grincent
quand les ressorts grincent
Les enfants de l'immeuble
Aussitôt cessent de jouer
Pour venir regarder
Chrysler (bis)
Une Chrysler rose
Au 7ème ciel
A travers la capote déchirée
J'ai une Chrysler tout au fond de la cour
Elle ne peut plus rouler
mais c'est là que je fais l'amour
Oui une Chrysler
Ah je sais pas si je vous ai dit
J'ai une Chrysler rose
Le levier de vitesse porte un coeur gravé
Il y pend des bas troués
Et Sally au moment de monter me dit
Ta Chrysler est défoncée
Oui, mais, on est tous défoncés
Une Chrysler
Chrysler rose
Oui une Chrysler
Et Sally me dit
Le levier de vitesse en moi
Non, c'est moi
Chrysler
Une Chrysler rose
Au fond de la cour
Une Chrysler
Chrysler
Chrysler rose
Elle repose sur ses jantes, abandonnée
Deux de ses roues sont voilées
Sa capote est déchirée
Et au moment de monter Sally me dit
Ta Chrysler
Oui ma Chrysler
Ta Chrysler est
Oui mais on l'est tous
Chrysler
Chrysler Rose
Elle ne peut plus rouler
Mais c'est là que je fais l'amour
On est au 7ème ciel
Le 7ème ciel à travers la capote déchirée
le 7ème ciel et ses nuages pas bleus
Et au moment de monter Sally me dit
Ta Chrysler
Ouais ma Chrysler
Ta Chrysler est salement défoncée
Oui mais, tu sais...
Chrysler
Chrysler, etc...






Jack-Alain Léger s'est donné la mort en se défenestrant de son domicile au 8e étage, le 17 juillet 2013, à Paris.  Daevid Allen est décédé des suites d'un cancer vendredi 13 mars 2015, à son domicile de Byron Bay, en Australie, l’âge de 77 ans.

Jacques-Alain Léger, alias Melmoth, alias Dashiell Hedayat


Daevid Allen




vendredi 15 mars 2019

Toujours plus vite






«Afin de toujours demeurer tendu vers, allez vite, plus vite, encore plus vite, toujours plus vite, pas uniquement en voiture, mais du début à la fin de la journée. Pourquoi vite ? Peu importe. Là n'est pas la question. Il s'agit de foncer dans l'existence tel un taureau, tête baissée vers la cape rouge de buts et de désirs toujours en recul. Au précieux principe du décalage-avant s'ajoutera donc utilement le principe de la course. Ne marchez pas, courez; n'avancez pas, foncez; ne soyez pas rapide lorsqu'il le faut, soyez «speed» par réflexe, même lorsqu'il ne le faut pas. Souvenez-vous que la vitesse est l'alliée de la non-vigilance, la garantie de l'absence à soi-même.»
 Gilles Farcet, Le manuel de l'anti-sagesse, (Ed Le Relié)

Pour illustrer en musique ce qui précède, une courte (et rapide!) improvisation avec Fred Wallich à la voix et au texte, Michel aux claviers.




mercredi 13 mars 2019

Chronophonie : Koenjihyakkei







J'ai déjà partagé des musiques du groupe Koenjihyakkei sur ce blog (voir cet article).
Voici deux extraits d'un album plus ancien, datant de 1996; avis aux amateurs de sensations fortes...













dimanche 10 mars 2019

David Linx : Mathilde









Mathilde (Jacques Brel)

Ma mère, voici le temps venu
D´aller prier pour mon salut
Mathilde est revenue

Bougnat, tu peux garder ton vin
Ce soir je boirai mon chagrin
Mathilde est revenue

Toi la servante, toi la Maria
Vaudrait peut-être mieux changer nos draps
Mathilde est revenue

Mes amis, ne me laissez pas,
Ce soir je repars au combat
Maudite Mathilde, puisque te v´là

Mon cœur, mon cœur ne t´emballe pas
Fais comme si tu ne savais pas
Que la Mathilde est revenue

Mon cœur, arrête de répéter
Qu´elle est plus belle qu´avant l´été
La Mathilde qui est revenue

Mon cœur, arrête de bringuebaler
Souviens-toi qu´elle t´a déchiré
La Mathilde qui est revenue

Mes amis, ne me laissez pas, non
Dites-moi, dites-moi qu´il ne faut pas
Maudite Mathilde puisque te v´là

Et vous mes mains, restez tranquilles
C´est un chien qui nous revient de la ville
Mathilde est revenue

Et vous mes mains, ne frappez pas
Tout ça ne vous regarde pas
Mathilde est revenue

Et vous mes mains, ne tremblez plus
Souvenez-vous quand j´vous pleurais dessus
Mathilde est revenue

Vous mes mains, ne vous ouvrez pas
Vous mes bras, ne vous tendez pas
Sacrée Mathilde puisque te v´là

Ma mère, arrête tes prières
Ton Jacques retourne en enfer
Mathilde m´est revenue

Bougnat, apporte-nous du vin
Celui des noces et des festins
Mathilde m´est revenue

Toi la servante, toi la Maria
Va tendre mon grand lit de draps
Mathilde m´est revenue

Amis, ne comptez plus sur moi
Je crache au ciel encore une fois
Ma belle Mathilde puisque te v´là, te v´là!




lundi 4 mars 2019

Uppsala







Uppsala : Trio formé dès 1976 par Philippe CAUVIN (guitares), Dany MARCOMBE (basse), et Didier LAMARQUE (batterie), le groupe mélange de façon tout à fait originale rock, improvisations, et musique contemporaine en une étonnante synthèse. (Lire la biographie du groupe, au format pdf).






vendredi 1 mars 2019

Carla Bley, Jack Bruce : Rawalpindi blues





Carla Bley et Jack Bruce


Deux extraits de l'opéra Jazz «Escalator over the hill», de Carla Bley (musique) et Paul Haines (textes).


Jack Bruce


Enregistrée entre novembre 1968 et juin 1971, cette œuvre singulière et unique en son genre regroupait de nombreux musiciens de jazz ou de rock, et nous y retrouvons notamment Jack Bruce à la basse et au chant, ainsi que John McLaughlin à la guitare.







Jeanne Lee

John McLaughlin