mardi 6 décembre 2016

Auto-guérison d'une tumeur cérébrale : un témoignage d'Arielle Essex




 Cette séquence est extraite du film The Living Matrix.(La courte introduction est de Rupert Sheldrake)









lundi 5 décembre 2016

Jeux de mains



En souvenir de l'ami Gotlib, décédé hier à l'âge de 82 ans, qui nous rappelle nos jeunes années plus ou moins studieuses et les astuces qu'il fallait déployer pour ne pas se faire prendre en flagrant délit de bavardage!

jeux de main 00



jeux de main 01




dimanche 4 décembre 2016

L'Art d'Être Conscient n°5 : Le sourire de l'Être







La chair vive du monde ne se distingue pas de la mienne. Là où le monde a mal, j'ai mal. Là où le monde respire, je respire : le va-et-vient du souffle qui balaie tous les regrets. Le grand vent des origines ne fait pas dans le détail, il attise, il consume, et fait jaillir la substance vive du cœur ouvert. Expansion, lumière, le monde pulse en moi, et cette pulsation est le sourire de l'Être...



Symbolisation poétique de la conscience : «Libre» et «Sauvage».

«Libre» : en tant que vacuité impersonnelle, elle ne dépend plus de rien, elle est en amont de tout, «l'amont absolu», disait Stephen Jourdain.

«Sauvage» : elle ne laisse aucun choix. Il n'y a plus de protection, plus de sécurité, tout est vu sans jugement possible, et dans tout ce qui se donne à vivre, il n'y a aucune possibilité de se cacher ou de se dérober. Tel jour submergé par un amour immense pour tous les êtres vivants, tel jour plongé dans un maelström vibrant d'inconfort, (pour ne pas dire souffrance, le mot qui fâche !), et la conscience, en amont de tout ça, restant libre et sauvage, rit...



L'espace de la conscience n'est pas un espace «non-concerné» mais un espace vivant, sensitif, fluide et frémissant, un espace de cœur et d'esprit, un espace global qui accueille avec joie aussi bien les déchirures que les réparations, les blessures que les guérisons, les brisures que les plénitudes, et s'il le fait, ce ne sont pas que tous ces objets apparaissant en son sein soient joyeux, c'est que le fait même d'accueillir est joyeux, sans se préoccuper de ce qui est accueilli, et que cet espace est lui-même accueil, joie et paix. Et si le mental aux grandes dents fait d'une blessure un problème, pas d'autre issue que d'être accueil pour ce mental, ses grandes dents et ses problèmes, afin qu'il se dissolve à son tour dans la lumière...



La Joie est exigeante, non par attente mais par délicatesse..

Du rire elle n'accepte que la clarté
Du regard elle ne porte que la lumière
Du geste elle ne garde que l'élan
De la voix elle ne dit que l'amour
De l'écoute elle n'entend que le silence

Si bien qu'un simple bonjour devient une bénédiction
où la Vie se prend par la main.

Lise






Du temps et des chats




chats 09


J'ai emprunté le titre de cet article (dont la première publication date de mai 2009) à Howard Fast, qui a intitulé ainsi l'une des histoires de son recueil de nouvelles "Au seuil du futur". Le chat évoque pour moi en effet l'intemporalité, la présence tranquille et paisible qui s'étire paresseusement tout au long de la journée et m'incite souvent à en faire autant!

chats 01


Les chats baillent parce qu'ils se rendent compte qu'il n'y a rien à faire. (Jack Kerouac)

chats 02


Chaque chat est un chef-d'œuvre. (Léonard de Vinci)

chats 03


On ne choisit jamais un chat : c'est lui qui vous choisit.
(Philippe Ragueneau)

chats 04


La mélancolie, c'est un chat perdu qu'on croit retrouvé. (Léo Ferré)

chats 05

Les chats ont pris leur existence comme une donnée de la création. (Franz Kafka)

chats 06


Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats. (Albert Schweitzer)

chats 07


Une maison sans chat est un aquarium sans poisson. (Jean-Louis Hue)

chats 08


Le chat

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
caressée une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu.

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant
Se retournant docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je le vois avec étonnement
Le feu de ses prunelle pâles
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

Charles Baudelaire



" J'écoutais celui-ci grave, celui-là argentin, le double ronron, mystérieux privilège du félin, rumeur d'usine lointaine, bourdonnement de coléoptère prisonnier, moulin délicat dont le sommeil arrête la meule. "


Colette



chats 09


J'ai trouvé quelques unes de ces citations ainsi que le poème de Baudelaire sur l'excellent site Culture Chat, qui, comme son nom l'indique, est consacré au chat sous toutes ses déclinaisons.

Et pour terminer, deux musiques "félines" : le duo miaulé, extrait de "L'enfant et les sortilèges", de Maurice Ravel et Colette, et "The cat", par le James Taylor quartet.


Et comme je supprime les originaux des articles republiés, voici les commentaires qui accompagnaient celui-ci, en mai 2009...









samedi 3 décembre 2016

Strawberry Alarm Clock : Incense and Peppermint








Un groupe que j'ai écouté avec délice dans mes jeunes années... Strawberry Alarm Clock.








vendredi 2 décembre 2016

Magritte - Michaux : La voix du sang




la voix du sang

René Magritte : "La voix du sang"


La lune, lassée d'être toujours derrière, cette fois se présente devant les arbres de la forêt, devant une maison isolée, toute naturelle, pas moins particulière, et faisant rêver, la même apparemment qui chaque mois refait ses éternelles figures qui se suivent sans surprise.
Henri Michaux, extrait de "En rêvant à partir de peintures énigmatiques".


jeudi 1 décembre 2016

L'Humour du Prochain n°68 : Le credo de Jossol (L'Assiette au beurre, 1904)






Extraits de la page Facebook «L'Humour du Prochain», qui, comme son nom l'indique, est consacrée au partage d'humour sous toutes ses formes et déclinaisons.