mercredi 31 août 2011

Un vache de manège et son Orgameuh (2)







Suite de l'article d'hier : quelques photos pour montrer ce manège au plus prés et permettre d'apprécier la subtilité de cette création fourmillant de détails surprenants...

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Photobucket


En bonus, une video trouvée sur YouTube :






mardi 30 août 2011

Un vache de manège et son Orgameuh (1)







Vu à "Malices et Merveilles" cette incroyable création, définie comme un "Manège-théatre à propulsion parentale"; superbe, poétique, fascinant...

Photobucket

Photobucket

Photobucket

Pour en savoir plus



jeudi 25 août 2011

Malices et Merveilles




Photobucket


La Maladrerie Saint-Lazare

Exemple remarquable en France de l'architecture hospitalière des XIIe et XIIIe siècles, la Maladrerie Saint-Lazare se réveille et dévoile au public son architecture, son histoire et sa mémoire. Unique en son genre tant par son emprise que par la richesse de son bâti, ce site a gardé ses trois parties distinctes, correspondant à ses trois fonctions d’usage : au nord la ferme, au centre l’ancien logis des religieux et la chapelle romane, au sud l’enclos des malades, le tout sur un terrain clos de plus de trois hectares.

Depuis 2005, La Communauté d’Agglomération du Beauvaisis s’est engagée dans un ambitieux programme de restauration de la Maladrerie Saint-Lazare dont la première tranche de travaux a été ouverte au public en juillet 2009.

Imposante avec ses 740 m, la grange, restaurée aujourd’hui offre au regard du public sa magnifique charpente de chêne. Les visiteurs peuvent également flâner au grès des allées du jardin d’inspiration médiévale.

Un patrimoine réinvesti

La réalisation de cette réhabilitation a permis de réaffirmer l’importance de ce patrimoine dans le Beauvaisis et de l’inscrire dans une politique de développement du territoire. Aussi, une démarche singulière est mise en place reposant sur un projet pluridisciplinaire avec une double vocation : artistique et culturelle, d’une part, économique et touristique, d’autre part.

Joyau du patrimoine du Beauvaisis, la Maladrerie Saint-Lazare offre un réel atout touristique sur le territoire et tend à devenir un pôle touristique avec une offre « patrimoniale et historique » d’une part et une offre « jardin » d’autre part. Celles-ci se déclinent sous diverses formes, visites guidées de groupes, visites guidées en individuel, déambulation libre, ateliers, médiations et actions pédagogiques.

De plus, la restauration de la Maladrerie Saint-Lazare répond à une double volonté politique de sauvegarde de la mémoire commune du territoire et d'amélioration du cadre de vie. Ce joyau patrimonial doit pouvoir être découvert et approprié grâce à des propositions originales et porteuses de sens dans un esprit de démocratisation de l’accès à la culture. Dans cette optique, une programmation artistique et des animations culturelles innovantes sont mises en place. Concerts, expositions, spectacles de danse, s’y succèdent et redonnent sens et vie à ce site d’exception.

Cette imbrication entre enjeux touristiques et enjeux culturels constitue le cœur du projet de valorisation du site de la Maladrerie Saint-Lazare et permet d’en faire un lieu culturel d’envergure avec une offre de grande qualité, toujours diversifiée, à l’écoute des attentes du public et sachant susciter la surprise et la curiosité.

Un site exceptionnel : Neuf siècles d’histoire

Fondée à la fin du XIe ou début du XIIe siècle, cette institution hospitalière est implantée en périphérie de la ville autant par crainte de la contagion que pour des raisons économiques. Une communauté de frères et de sœurs s’occupe des malades. Un Maître, élu parmi les chanoines du chapitre, dirige l’établissement. Une fonction qui procure de substantiels revenus car les ressources de la maladrerie sont importantes. D’ailleurs, exerçant son droit de régale* lors de la vacance du siège épiscopal au XVIe siècle, le roi attribua ce bénéfice ecclésiastique à un laïc. En 1599, la maladrerie est placée sous la tutelle du Grand aumônier de France puis définitivement réunie au Bureau des pauvres de la ville en 1628. Après la Révolution, la maladrerie est morcelée, vendue comme Bien National puis transformée en exploitation agricole.

Un univers très cloisonné

La maladrerie, implantée sur un site de trois hectares entièrement clos, est caractérisée par une organisation sectorielle très marquée. Elle s’ordonne entre la cour des malades, la cour des gens sains et la ferme dont cet établissement tire sa subsistance et une partie de ses revenus. Les lépreux, qui ont leur propre puits, vivent au sud-ouest de la maladrerie dans des loges accolées au mur d’enceinte et donnant sur une cour qui leur est réservée. Cette dernière est agrandie au XVIIe siècle et dotée de nouveaux bâtiments dont il ne subsiste que des ruines et qui ont, peut-être, accueilli des pestiférés.

Trois chefs d’œuvre de l’architecture médiévale subsistent encore sur les lieux. L’église, seul lien entre le secteur des malades et celui des gens sains, se compose d’une nef à bas-côtés, d’un transept à bras débordants, d’un clocher central à bâtière et d’un chœur, moins élevé que la nef, à deux travées et chevet plat. Elle a été entièrement édifiée au XIIe siècle, hormis les deux chapelles nord et sud, ainsi que le clocher, ajoutés au XIIIe siècle. Chaque élément de cet édifice participe à son unité architecturale dont il souligne l’esthétisme.

La qualité architecturale et l’organisation interne du logis laissent à penser qu’il s’agit de la résidence du Maître de la maladrerie, voire d’un bâtiment à vocation communautaire donc réservé aux frères. D’après les analyses dendrochronologiques menées sur le site, le logis date de 1270-1271 et la grange de 1219-1220. Cette dernière, qui a conservé sa charpente d’origine, est divisée en trois nefs que séparent deux rangs de neuf grandes arcades en tiers-point reposant sur des piles carrées. Fonctionnelle et esthétique, elle s’apparente aux granges monastiques de l’époque.

D’autres bâtiments ont été construits sur le site dont la bergerie qui présente le même appareillage que la grange. La maison de l’administrateur fut probablement édifiée à la fin du XIIe siècle comme l’atteste son cellier. A part d’anciennes portes et baies encore visibles dans les murs des façades nord et ouest, il ne reste pratiquement plus rien de la construction d’origine profondément remaniée à la fin du XIXe siècle. La maison du fermier date de la seconde moitié du XIXe siècle et abrite aujourd’hui les services administratifs du site de la maladrerie. Bon nombre de constructions ont disparu mais les interventions archéologiques menées sur les lieux ont permis d’en retrouver les traces.

Un jardin d’inspiration médiévale

Afin de mettre en valeur de manière spécifique le site, une attention particulière a été portée aux abords des bâtiments de la Maladrerie Saint-Lazare. Aussi, un jardin a été imaginé par le service des Parcs et Jardins. Ce jardin, bien que d’inspiration médiévale, est une création résolument contemporaine qui s’appuie sur des problématiques actuelles telles que le développement durable ou l’impact de l’alimentation sur la santé. Les éléments constitutifs de ce jardin nous rappellent également qu’une communauté religieuse occupait autrefois ce site. Lieu propice à la détente ou à la méditation, il invite à la flânerie comme à la découverte en offrant au visiteur un aperçu des différents types de jardins ou de cultures.

(Texte de Valérie Fémolant )



Repères chronologiques

XIIe siècle : construction de l’église

Fin XIIe siècle : construction de la maison de l’administrateur, remaniée à la fin du XIXe siècle

XIIIe siècle : adjonction à l’église des chapelles et du clocher

1219-1220 : construction de la grange

1270-1271 : construction du logis

Milieu XVIIe siècle : agrandissement de la cour de la « léproserie » et construction de nouveaux bâtiments qui auraient accueilli des pestiférés

1795 : la maladrerie est divisée en trois lots qui sont vendus comme Biens Nationaux

XIXe siècle : construction de la maison du fermier

1895 : démolition du pressoir

1914-1918 : la maladrerie sert de cantonnement à différents régiments

1939 : effondrement d’une partie du clocher ; classement des bâtiments comme « Monuments Historiques »

1971-1985 : restauration de la toiture de la grange puis de la chapelle

1989 : inscription à l’Inventaire des Monuments Historiques des murs d’enceinte et de ses portes, de la bergerie, etc. afin de protéger l’ensemble du site

1997-1999 : restauration d’une partie des murs de clôture

2002 : la Ville de Beauvais devient propriétaire de l’intégralité du site

2002-2003 : intervention archéologique sur l’emprise de la ferme

2005 : transfert du site à la Communauté d’Agglomération du Beauvaisis qui gère désormais le projet

2007 : travaux de restauration de l’emprise de la ferme (grange, maison du fermier du XIXe siècle, bergerie, murs de clôture) et fouilles archéologiques


Le Blog est en congé jusqu'à lundi. Bon week-end à tous.




mardi 23 août 2011

Symphonie en Blanc








Cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite et gauche du clavier.




samedi 20 août 2011

vendredi 19 août 2011

samedi 13 août 2011

En Silence





Photobucket

Le blog restera en silence jusqu'à mercredi prochain.



vendredi 12 août 2011

Il est parti... comme un silence







Extrait de "Saint François d'Assise", d'Olivier Messiaen.(Acte III, 8ème tableau)


Photobucket

Il est parti... comme un silence, comme un silence amical qu'on touche avec des mains très douces.



Photobucket

Il est parti... comme une larme, comme une larme d'eau claire qui tombe lentement d'un pétale de fleur.



Photobucket

Il est parti comme un papillon, un papillon doré qui s'envole de la Croix pour dépasser les étoiles...



Photobucket




"Prenez le but, c’est-à-dire la plénitude, comme le point de départ. Prenez comme point de départ la nudité et non vos vestes, vos chandails, vos chemises et vos maillots. Le point de départ, c’est que je suis nu et, par-dessus, il y a les vêtements. Le point de départ c’est que vous êtes la Conscience et, par-dessus, il y a les formes de conscience. C’est un retournement et c’est ce retournement qui fait le vrai chemin." (Arnaud Desjardins, "Le Vedanta et l'inconscient", chapitre II)





mercredi 10 août 2011

Ensemble Al Kindi - Sheikh Habboush






Présentation, par Abdelwahab Meddeb, professeur de littérature comparée, écrivain et poète, fondateur de la revue littéraire Dédale.

C’est la voix qui ravive la lettre

"Et cette voix qui nous vient d’Alep nous rappelle que le poème a pour origine et raison d’être le chant.


La voix sort du tréfonds et se répand dans le monde, se répercute sur les obstacles, les traverse et monte très haut, jusqu’aux cieux.


L’idée de l’élévation ne quitte pas cette voix.


La voix provient du fond de la caverne, elle s’échappe de la prison du corps. Les lettres qu’elle module émanent de l’espace du dedans, où, dans les ténèbres, palpitent et travaillent les organes. Du son le plus guttural au son le plus labial, le souffle traverse l’intégralité de l’appareil vocal. Et chez les soufis un mot symbolise cette traversée de l’itinéraire le plus ample à l’intérieur du corps, c’est le mot Hawa, qui est composé de deux lettres: Ha est le plus profond, il provient du plus bas de la glotte; et le Waw est le plus extérieur, porté par le bout des lèvres. Huwa, c’est la troisième personne, Lui, qui désigne Dieu.
La troisième personne pour dire la gloire de l’ambivalence divine, entre l’absence et la présence, l’apparent et le caché, le visible et l’invisible, l’évidence et le mystère.

Ici, la célébration de la lettre, comme signe éminent, dans l’indétermination du sens, dans la densité de son indécidable, se réalise à travers la voix.

Et cette voix qui nous vient d’Alep est une grâce. Celui qui en jouit l’exerce d’une manière innée, selon une technique ancestrale, transmise par les hommes qui entretiennent le génie du site. J’ai presque le désir de dire que cette grâce qui s’accorde à l’héritage transmis excède toute forme de conscience. Car le don a pour lui de brouiller les frontières entre le juste et l’injuste.

Avec quelle joie l’oreille, le choeur et l’esprit reçoivent cette voix qui émane de ce qui reste d’une tradition populaire ayant pu se mouvoir jusqu’à nous satisfaire par sa capacité naturelle de se nourrir de l’autre tradition savante qui lui est parallèle.

J’ai écouté cette voix et le choeur qui l’accompagne à Alep même dans un salon mamelouk au décor aussi profus que celui que recèle une zawiya qui regorge d’ex-voto, offrande de riches et affiliés. Et le qânoun aux cordes pincées par les doigts de Julien Jalal Eddine Weiss enveloppe de ses ondes le flux et le reflux de la voix. Un répertoire s’est développé devant nous où le connaisseur reconnaît les éclats des haltes et des demeures qui scandent les étapes que l’initié parcourt sur la Voie. A votre tour de les découvrir et d’y élire séjour".





Photobucket

Photobucket






mardi 9 août 2011

34, vous avez dit 34...







Cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite et gauche du clavier.


Une petite fantaisie graphique pour pimenter cette histoire mathémagique...

Photobucket






samedi 6 août 2011

vendredi 5 août 2011

jeudi 4 août 2011

Funny Pictures






Diaporama manuel : cliquer sur les flèches bleues pour faire défiler les images.