lundi 31 octobre 2011

Jeff Hawke : L'enfant substitué (1&2)








Cliquer sur les images pour les lire en haute résolution.







samedi 29 octobre 2011

Halloween





Découpage de la citrouille : Claire Tardieu


Zen : Laver son Ecuelle






55




vendredi 28 octobre 2011

Dali







Cliquer sur l'image, puis utiliser les flèches droite et gauche du clavier.



samedi 22 octobre 2011

samedi 15 octobre 2011

jeudi 6 octobre 2011

dimanche 2 octobre 2011

Jean-Pierre Massiera : Visitors






Pour tout connaître sur cet artiste créateur atypique, consulter le Site officiel. C'est d'ailleurs de ce site que proviennent le texte et les photos qui suivent.



1974 voit la naissance d’un album devenu « incontournable » pour qui veut pénétrer dans le monde de cet artiste libre, autodidacte et un brin déjanté …« VISITORS »
Premier album réalisé dans son nouveau studio, « Le Studio 16 », plus connu sous le nom de " Studio d’Antibes ".
Les années 70 étaient le théâtre de phénomènes paranormaux et d’apparitions extra-terrestres, largement relatés dans la presse de l’époque. Ajoutez à cela, la fascination d’un homme pour la science fiction, et vous obtiendrez un O.V.N.I appelé " VISITORS ".
(Premier enregistrement d'un jeune virtuose du violon... Didier Lockwood).
A noter que le titre « Nous » a été réalisé en collaboration, et pour le plus grand plaisir de JP, avec Francis Lockwood, Pianiste talentueux et frère ainé de Didier.
Le titre " Terre-Larbour " avait été fait en Parodie de " PEARL HARBOR " et les " Extra Terrestres " remplaçaient les Japonais qui avaient attaqué les Navires Américains en 1944.
Le studio "Antibes", qui n’avait rien à envier aux studios de la capitale, a été fréquenté, entre autres, par John McLaughlin et Bill Wyman des Rolling Stones. Plus que la qualité du matériel, ce qui poussaient les artistes à enregistrer au studio d’Antibes, c’était son ingénieur du son, je parle bien sûr de Massiera JP.
Rapidement, ce lieu fut considéré comme " la Mecque du disco dans le sud de la France ". Face à un " client " ou à une commande de Major, il ne se contentait pas de faire son travail en professionnel, il s’engageait, participait, apportait sa petite touche personnelle.
A ce sujet, il dira : " La Musique me possède plus souvent par l’incarnation du musicien que du sorcier exorciste des studios qui s’emmerde à écouter du son sans le percevoir ".







samedi 1 octobre 2011