samedi 11 mars 2017

E.J.Gold : Le livre des morts contemporains





A découvrir, ce livre d'E.J.Gold, dont je propose ici un court extrait, les quatre premières "lectures".


cover


LECTURE N° 1 — Les Symptômes

Dans l'attente de passer par la transition, je m'efforce de me libé­rer de l'esprit, des habitudes et de l'identité du primate humain, me souvenant de moi-même comme d'un voyageur, me séparant de l'iden­tification avec le primate humain à l'intérieur duquel j'ai voyagé durant son existence.
En tant que voyageur, je me libère de la faible emprise de la conscience primate humaine; je sens que je retourne à mon état originel, vide parfait rayonnant, lumière infinie de l'expansion infinie; sans passé, présent ou futur; toutes mes expériences se dissolvent dans la profonde et rayonnante vacuité éternelle du vide, me libérant de l'identité et de l'environnement du primate humain. Je vais énumérer les symptômes de la transition:

1. La terre sombre dans l'eau. Une sensation profonde, incessante, de pression lentement croissante, l'impression d'être inexorablement entraîné au fond d'une mare de mercure ou de plomb, de fondre dans la terre.


2. L'eau sombre dans le feu. Une sensation de froid humide comme si j'étais subitement plongé dans de l'eau glacée —cela commence par un tremblement irrépressible, qui se perd graduellement dans une atmosphère oppressante et immobile, brûlante et irrespirable.


3. Le feu sombre dans l'air. L'impression d'être sur le point d'ex­ploser; débouchant sur une sensation de dispersion totale de mon être.


4. L'air dans la Claire Lumière. Le sentiment d'être totalement en paix, entièrement seul, totalement hors de l'espace et du temps, libre de toute nécessité; le sentiment soudain, puissant et saisissant, d'un savoir profond et ironique balaye mon être, mais ce savoir immense et considé­rable, omniscient et profond, ne semble se référer à rien de particulier.




LECTURE N° 2

Maintenant tenant j'entre dans la transition, et je dois me séparer de toutes les accumulations matérielles et réussites ordinaires de mon séjour primate humain; je me prépare maintenant à me libérer de mes amis, ma famille, ma maison et mon environnement primate humain; je ne peux les emmener avec moi dans la Claire Lumière.

Je me prépare à survivre à la transition, car je suis un voyageur et non un primate humain; ni allant ni venant, j'ai toujours demeuré dans l'ici et maintenant, même si c'était avec des morphologies diffé­rentes. A présent mes yeux vont s'ouvrir, et je verrai qu'en réalité c'est toujours la même chambre, toujours le même jour.
Pendant la transition, j'aurai peut-être des expériences troublantes, mais ces visions n'auront aucun pouvoir sur moi si je les reconnais rapidement pour ce qu'elles sont : les principaux composants de la conscience qui se fragmente en formes élémentaires.


Je ne résiste pas à ces perceptions, ces sensations et ces cognitions à mesure qu'elles naissent en moi; toute expérience, qu'elle soit appa­remment réelle ou irréelle, est encore une partie du rêve, et aussi long­temps que j'ai l'impression d'avoir des expériences et de percevoir des changements, je suis encore dans le rêve.




LECTURE N° 3

Je suis un voyageur dont la nature est en réalité la Claire et Lumi­neuse Lumière, la vacuité infinie du vide; je demeure dans la Claire Lumière, mon état originel silencieux et immobile; j'y prends place en tant que vide rayonnant éternel. Je me souviens des efforts que j'ai faits durant ma vie primate humaine pour exercer l'attention et la présence spéciales du voyageur; je ne cherche pas la Claire Lumière devant ou derrière moi; elle n'y sera pas, car je suis la Claire Lumière elle-même; la Claire Lumière est ma nature.

Je ne permets pas à mon attention de s'égarer en rêves même pour un instant; me souvenant de moi-même comme d'un voyageur, me séparant des vestiges tenaces de la vie primate humaine, je me tiens en équilibre entre deux mondes, comme si je chevauchais une vague de l'océan. Que je vienne à perdre mon équilibre un instant, et je sombre­rai dans un furieux maelström, instantanément vaincu par l'immense puissance de l'eau. A présent je me reconnais comme la Claire Lumière rayonnante; en équilibre aisé dans cet état éternel, je ne peux pas être entraîné dans les dimensions inférieures du phénomène, de l'illusion du monde et de l'habitude organique.




LECTURE N° 4 — Confrontation à la Claire Lumière

Maintenant j'éprouve la Claire Lumière de la réalité objective. Rien n 'arrive, rien n'est jamais arrivé et n'arrivera jamais. Le voya­geur, mon être actuel, est en réalité le vide lui-même, dépourvu de qualités ou de caractéristiques.
Je me souviens que je suis un voya­geur, dont la nature profonde est la Claire Lumière elle-même; je suis un; il n'y a personne d'autre. Je suis la vacuité du vide, l'éter­nel non né, l'incréé, ni réel ni irréel. Tout ce dont j'ai jamais eu conscience était le jeu de ma propre conscience, une danse de lumière, des tourbillons de lumière dans l'expansion infinie, l'infinitude infinie, l'Absolu au-delà du changement, de l'existence, de la réalité.

Moi, le voyageur, je suis inséparable de la Claire Lumière; je ne peux ni naître, ni mourir, ni exister, ni changer. Je sais à présent qu'il s'agit de ma vrai nature.



back