lundi 23 novembre 2015

A la venue des Coquecigrues...






Petite variation sur le thème de l'impossibilité, inspirée par cette image vue hier sur facebook.




«A la venue des coquecigrues» : La coquecigrue est une créature imaginaire chimérique et burlesque mentionnée pour la première fois par Rabelais dans Gargantua. (Wikipedia)




«Quand les poules auront des dents» (France)



«When the pigs begin to fly» (Angleterre)
Trad : Quand les cochons se mettront à voler.



«Cuando las ranas crien pelos» (Espagne)
Trad : Quand les grenouilles auront des poils.



«Wenn die Hünde mit dem Schwanz bellen» (Allemagne)
Trad : Quand les chiens aboieront avec la queue.

(Sources : "Le zoo des mots", de Sylvie Girard)


Je rajouterai deux impossibilités notoirement connue :

Lorsque mon souhait de vouloir autre chose à la place de celle qui est déjà là se réalisera.

Lorsque les marmottes hiberneront dans les centrales nucléaires...




4 commentaires :

Anonyme a dit…

"Lorsque mon souhait de vouloir autre chose à la place de celle qui est déjà là se réalisera."....Et qu'est ce qui est "déjà là", that is the question...Tout le hiatus entre ce qui est "encore là" et ce qui est "déjà là", non? Rien à "vouloir", et théoriquement , rien a "ne pas vouloir"....
Impossibilité? dans les limites de la nature humaine, oui....: Quand les poules auront des dents.

Chronophonix a dit…

«Il n'existe qu'une seule demande d'impossibilité : Vouloir autre chose à la place de celle qui est déjà là» (Daniel Morin)

Harti POLEM a dit…

Yaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa-

Oliver a dit…

Bonsoir Michel
Tu as raison, il n'y a qu'un seul présent possible. Vouloir autre chose est donc impossible. Croire que l'on va pouvoir modifier l'avenir est une idée répandue. Le Taoïste sait qu'il existe une voie pour récolter de l'avenir les meilleurs fruits. C'est pourquoi il pratique le non désir (ce qui est est bien) et le non agir (ce qui vient naturellement est ce qui est bon). Bref, tout le contraire de ce que les hommes font avec le nucléaire.