mardi 11 juillet 2017

Kretzinger, Verlaine, Debussy







Lorsque la musique classique s'invite en poésie avec le jazz...

Esther Kretzinger : Sopran / soprano
Georges-Emmanuel Schneider : Violine / violin
Tim Collins : Vibraphon / vibraphone
Wayne Darling : Kontrabass / double bass
Gerald Endstrasser : Schlagzeug / drums




Claude Debussy


Claude Debussy, Green
(1886, Ariettes Oubliées No. 5)
Texte : Paul Marie Verlaine

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches,
Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches,
Et qu’à vos yeux si beaux l’humble présent soit doux.
J’arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue, à vos pieds reposée,
Rêve des chers instants qui la délasseront.
Sur votre jeune sein, laissez rouler ma tête,
Toute sonore encore de vos derniers baisers;
Laissez-la s’apaiser de la bonne tempête,
Et que je dorme un peu puisque vous reposez.


Paul Verlaine

Claude Debussy, Il pleure dans mon cœur
(1887, Ariettes Oubliées No. 2)
Texte : Paul Marie Verlaine

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?
Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un cœur qui s’ennuie,
Ô le chant de la pluie !
Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s’écœure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.