vendredi 1 juillet 2016

Andrew Cohen et Ken Wilber : Le Gourou et le Pandit








Courte séquence d'un dialogue entre Ken Wilber et Andrew Cohen, trouvé sur le site français de «What is enlightement?». Mais voilà, c'était en 2008, et depuis, ce site n'existe plus, alors il ne reste que cet échantillon et les extraits cités dans les commentaires...

AC: Ken, il y a une situation intéressante qui m’est apparue dans cette exploration émergeante de l’évolution et sa relation à l’éveil. D’un côté, il y a de nos jours beaucoup de personnes qui sont passionnées par l’évolution et c’est très bien car leur passion s’exprime presque toujours d’une façon ou d’une autre comme un intérêt inspiré pour la santé et le bien-être du monde en évolution. Cependant, comme leur intérêt ne se porte pas aussi vers le transcendant, vers ce mystère qui demeure au-delà du monde, souvent ils ne sont pas conscients de ce que j’appellerais le sacré. Et d’un autre côté, pour beaucoup qui vivent dans des traditions non-duelles, qui sont passionnés par la transcendance, et pour qui éveiller sa conscience est d’importance capitale, le bien-être du monde en évolution semble rarement important.

KW: Oui. C’est une autre variation sur le thème que nous développons. C’est encore une fois une notion simpliste : il y a le samsara, le nirvana et leur propre non-dualité. Parfois, curieusement, les gens qui ont, dirons-nous, une compréhension profonde et juste du samsara, et sont noblement motivés au sein du samsara, peuvent agir de façon plus positive sur le monde que ceux qui sont fixés sur le nirvana alors que dans une certaine mesure cet état serait plus élevé. Étrange de voir des personnes qui ne sont pas en contact avec le sacré faire du bien au monde et de voir des personnes qui prétendent être en contact avec le sacré, ignorer, dénoncer, ou renoncer fondamentalement au monde et ainsi accroître la souffrance en ce monde.







6 commentaires :

Lilou a dit…

Savoureuse lecture ..
Dont je me permets de poser ici quelques extraits et ce qu'ils on t évoqué en moi.


"En un sens, l’immanent et le transcendant doivent mutuellement se parfumer.

On découvre qu’être exactement la personne que nous sommes, non seulement le soi intemporel non-né mais aussi la personnalité individuelle incarnée avec tout son bagage historique et culturel, est le véhicule parfait pour cet engagement total.


Dans le monde de la forme, qui se déploie et évolue dans un processus dynamique constant, la façon dont notre individualité butte contre le
reste de notre manifestation devient très intéressante. Car c’est là que ce grand processus mystérieux se produit, où, d’un côté on est radicalement libéré à chaque instant, et de l’autre on a un devoir, une obligation de pousser contre ces parties du monde qui ne partagent pas notre plénitude et notre liberté.
Comme tu le disais, donc, il y a comme une divine obsession à bricoler notre propre manifestation.

Je pense qu’une des premières choses à faire est d’aligner notre véhicule avec le reste du processus de la manifestation et cela demande un changement dynamique constant. Et dans la mesure où nous résistons à cela, où nous reculons, nous ne demeurons pas dans le Soi avec un « S » majuscule. Nous demeurons dans l’ego, dans la peur de ceci ou de cela. "

Tout cela rejoint en moi l'expression " habiter le courant "
Quand ma vie exprime la Vie à travers qui je suis..
Chaque pas s'invente .

philippe a dit…

Quel paradoxe!

Anonyme a dit…

Ce que je trouve assez 'révolutionnaire' dans ces dialogues, c'est la notion d'évolution dans le domaine de la spiritualité. En lisant les livres de spiritualité 'classiques', on l'a impression que le monde spirituel n'a jamais changé, ou que les choses vont de mal en pis, et qu'il faudrait redécouvrir les valeurs anciennes. En lisant Wilber, on comprend bien que chaque étape de l'évolution humaine comprend de nouveaux défis, et qu'il ne faut donc pas rejeter le changement.
Philippe.

Anonyme a dit…

A lire également d'urgence : La Spirale dynamique de Chabreuil.
http://www.amazon.fr/gp/product/2100515217/ref=s9sdps_c5_14_at1-rfc_g1-frt_p
Un livre qui traite de l'évolution des valeurs de l'être humain.
Wilber a integré La spirale dynamique. Il en parle notamment dans les livres 'Boomeritis' et 'A theory of everything'. Malheureusement uniquement disponible en anglais.
Philippe

gandha a dit…

Ken Wilber ( que je ne connaissais pas jusqu'alors ) a une réponse qui résonne beaucoup avec des observations que je partage :
pourquoi au nom de l'éveil , certains individus se séparent des autres ,se détachent jusqu'à en oublier leur humanité ?
Les dérives de l'égo spirituel sont parfois cruelles et bien trompeuses !

Lilou a dit…

Tes mots gandha ont éveillé cette question en moi : Pourquoi ?

Peut être parce ce que ce qu'ils côtoyent est délicat à partager ..
et accompagne le silence .

Ou bien ce dont ils parlent n'est pas encore ce qu'ils font en totalité .

Dans les deux cas l'ouverture est toujours possible et passe par la Présence .

Et si le contact avec le sacré n'était que cet espace de présence ..au de là de la notion même de bien et de mal ..