dimanche 4 décembre 2016

Du temps et des chats




chats 09


J'ai emprunté le titre de cet article (dont la première publication date de mai 2009) à Howard Fast, qui a intitulé ainsi l'une des histoires de son recueil de nouvelles "Au seuil du futur". Le chat évoque pour moi en effet l'intemporalité, la présence tranquille et paisible qui s'étire paresseusement tout au long de la journée et m'incite souvent à en faire autant!

chats 01


Les chats baillent parce qu'ils se rendent compte qu'il n'y a rien à faire. (Jack Kerouac)

chats 02


Chaque chat est un chef-d'œuvre. (Léonard de Vinci)

chats 03


On ne choisit jamais un chat : c'est lui qui vous choisit.
(Philippe Ragueneau)

chats 04


La mélancolie, c'est un chat perdu qu'on croit retrouvé. (Léo Ferré)

chats 05

Les chats ont pris leur existence comme une donnée de la création. (Franz Kafka)

chats 06


Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats. (Albert Schweitzer)

chats 07


Une maison sans chat est un aquarium sans poisson. (Jean-Louis Hue)

chats 08


Le chat

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
caressée une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu.

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant
Se retournant docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je le vois avec étonnement
Le feu de ses prunelle pâles
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

Charles Baudelaire



" J'écoutais celui-ci grave, celui-là argentin, le double ronron, mystérieux privilège du félin, rumeur d'usine lointaine, bourdonnement de coléoptère prisonnier, moulin délicat dont le sommeil arrête la meule. "


Colette



chats 09


J'ai trouvé quelques unes de ces citations ainsi que le poème de Baudelaire sur l'excellent site Culture Chat, qui, comme son nom l'indique, est consacré au chat sous toutes ses déclinaisons.

Et pour terminer, deux musiques "félines" : le duo miaulé, extrait de "L'enfant et les sortilèges", de Maurice Ravel et Colette, et "The cat", par le James Taylor quartet.


Et comme je supprime les originaux des articles republiés, voici les commentaires qui accompagnaient celui-ci, en mai 2009...









2 commentaires :

Lise a dit…

Vois tu..
L'espace que tu ouvres ici,
est pour moi précieux,
tant les mots et les êtres résonnent à l'infini..

Merci

anne a dit…

Voilà qui me rassure. Je fais chaque jour face aux soupirs désolés de mon entourage devant ma passion pour mon chat, pour les chats. Bien... je ne suis pas seule et entourée par du fichtrement beau monde. Merci.