lundi 18 janvier 2016

Eckhart Tolle : Ne pas se préoccuper de ce qui arrive




Plante 01


Eckhart Tolle : Ne pas se préoccuper de ce qui arrive.

J. Krishnamurti, ce grand philosophe et maître spirituel indien, voyagea et s'adressa au public dans le monde entier presque continuellement pendant plus de 50 ans, essayant de transmettre par la parole (le contenu) ce qui est au-delà des paroles, au-delà du contenu. Au cours d'une allocution qu'il donna vers la fin de sa vie, il surprit son audience en demandant : «Voulez-vous connaître mon secret ?» Tous les gens présents dressèrent l'oreille. Certaines personnes venaient l'écou­ter depuis 20 ou 30 ans et n'arrivaient toujours pas à saisir l'es­sence de ses enseignements. Enfin, après toutes ces années, le maître daignait leur donner la clé de la compréhension ! «Mon secret, dit-il, c'est que je ne me préoccupe pas de ce qui arrive.»
Il n'élabora pas sur le sujet et j'imagine que la plus grande partie de son audience fut encore plus perplexe qu'auparavant. Cependant, les implications de cette affirmation toute simple vont loin...


Plante 02


Quand je ne me préoccupe pas de ce qui arrive, qu'est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que, intérieurement, je suis en harmonie avec ce qui arrive. «Ce qui arrive», bien entendu, renvoie à la qualité de ce moment, qui est toujours déjà tel qu'il est. Cette expression renvoie au contenu, à la forme que ce moment — l'unique moment à exister — prend. Être en harmonie avec «ce qui est», c'est être en lien sans résistance intérieure avec ce qui se produit. Cela veut dire laisser l'événement être ce qu'il est sans l'étiqueter mentalement comme étant bon ou mauvais. Cela veut- il dire que vous ne pouvez plus passer à l'action pour amener des changements dans votre vie ? Au contraire ! Quand vos actes sont fondamentalement et intérieurement liés au moment présent, ils sont sustentés par l'intelligence de la vie.
(Eckhart Tolle, "Nouvelle Terre")





Avec beaucoup de si
Et encore plus de sous
Viendraient bien des soucis
Avec beaucoup de sous
Et encore plus de si
Riraient tous ces soucis
Avec beaucoup de si
Et seulement quelques sous
Accablé de soucis
Dépenserais mes sous
Resteraient que les si
Plus rien ne pousserait
Dans mon jardin fané
Plus le moindre persil
En mon âme glacée
Plus le moindre merci
En mon coeur désolé

Mais je n'ai pas de sous
J'ai renoncé aux si
Et n'ai plus de soucis

(Chant : Pascale, Piano : Michel)






4 commentaires :

Lilou a dit…

Tout prés, tout prés,
Je me suis approché
Pour voir de quelle espèce
Cette plante était .

Mon esprit qui me dit
Encore de regarder
Ne sais pas que déjà
En moi la vie s'est arrêtée.

Dés l'instant où inquiet
Je veux tout expliquer
Comprendre et maîtriser
Pour tenter d'exister .

Car la vie qui se presse
Entre ces pierres grises
N'a que faire de mes regrets
Mes peurs ou mes bêtises.

Et pour la partager
Je ne puis qu'entrer
Dans ce flot d'énergie
Qui nous porte et nous lie .

Lise

la tortue légère a dit…

J'aime beaucoup !
Tout un art de vivre. Le pratiquer c'est l'adopter mais c'est aller aussi à l'encontre d'un certain flot pour nager dans son propre courant
( universel...).
Lôlà de la tortue légère

Chronophonix a dit…

Laisser la pensée s'écouler
ne pas s'y accrocher
la voir disparaitre
rester là, vaste et disponible
au sein de la source
un avec la source
un avec la joie
un avec la paix

Il n'y a rien d'autre

Sourire a dit…

"l'unique moment à exister" oui, comment y arriver? Je sens bien que tout est là, je le ressens au plus profond, je l'ai goûté même, et quelle paix... mais...